Too Late: Marcel Dzama – Revolution Blues @ Galleri Magnus Karlsson

      Autre post en retard, nous voulions vous montrez aussi quelques images de Revolution Blues, la dernière exposition de Marcel Dzama qui s’est tenu à la galerie Magnus Karlsson de mi-mai à mi-juin. C’était la cinquième venue de l’artiste dans la galerie de Stockholm et il est venu présenté de nombreuses oeuvres très variées, des travaux sur papier, des collages, des sculptures et aussi de la vidéo.

  Le titre de l’exposition, Revolution Blues, se réfère à une chanson de Neil Young et vient souligner la portée politique de l’exposition. En effet les nouvelles oeuvres sur papier présentées dans l’exposition, toujours réalisées au graphite et mises en couleur à l’aquarelle, font la part belle au terme de la révolution. Dans la plupart d’entre elles se sont les femmes qui sont mises à l’honneur: masquées et brandissant leurs arcs telles des amazones, elles clament haut et fort que  « The Revolution will be female ». Dans les différentes scènes  dessinées par Marcel Dzama ces femmes affrontent souvent des personnages de conte, comme ces loups sortis tous droit des dessins animés, plusieurs personnages de Disney viennent d’ailleurs parfois jouer un rôle aux côtés des personnages de l’artiste.

 

      Ainsi la plupart de ces dessins inédits portent un message très féministe, présentant les femmes comme les meneuses possibles d’un vrai changement, d’une alternative au système en place. Parlant de ce dernier, l’une des oeuvres papier présente le Humpty Dumpty d’Alice au Pays des merveilles jouant le rôle du chef niais et surplombant sa cour de fantômes blancs, ces têtes recouvertes de tissus rappelant évidemment le KKK. Jouant avec les contes et les métaphores, les mises en scènes de Marcel Dzama viennent attaquer violemment la politique en place dans son pays de résidence, rappelons que quelques mois plus tôt, à la LA Art Book Fair, l’artiste avait sorti avec Raymond Pettibon un nouveau zine intitulé Illegetimate President.

       Outre ces nouvelles oeuvres inédites, on pouvait aussi voir dans l’exposition plusieurs autres pièces datant d’années antérieures mais non moins superbes. Celles-ci mettaient toutes en avant la dimension théâtrale du travail de l’artiste. Que ce soit ces masques intrigants en acier, ces scènes façon échiquier en porcelaine, ces dioramas fourmillant de personnages papier évoluant dans une sorte de ballet baroque ou encore cette vidéo intitulée « Une danse des bouffons », toutes ces oeuvres parviennent à nous transporter dans un théâtre étrange où sont contées des histoires à la fois métaphoriques, surréalistes et engagées. A apprécier avec les images ci-dessous.

   

All pics courtesy of marcel Dzama & Galleri Magnus Karlsson

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *