Tomoo Gokita – Beauty @ Mary Boone Gallery

      Tomoo Gokita revient déjà à la Mary Boone Gallery, à peine un peu plus d’un an après sa dernière exposition dans la galerie new yorkaise. Cependant, avec ce nouveau solo show intitulé Beauty, l’artiste japonais va probablement étonner ses fans car il présente deux séries de peintures relativement différentes de ses travaux récents. On vous en dit quelques mots.

      L’expo Beauty s’articule autour de deux séries de peintures bien distinctes, Mature et Fake Cezanne. Dans les deux cas, on retrouve cette palette de tons de gris, ces dégradés et ces contrastes noir & blanc cependant (à part cas pour être précis) ici pas de visage étrange, de membres grotesques ou autre déformation. La série Mature fait référence au terme employé pour parler des femmes d’un certain âge dans le monde de l’érotisme, les peintures présentent ces femmes dans des positions plus ou moins aguicheuses, inspirées directement de ses photos qu’on trouvait dans les magazines érotiques. Ces portraits sont superbes, le noir et blanc renvoie aux fétichisme des dessins de Namio Harukawa ou encore aux photos de Daido Moriyama mais surtout ces femmes, loin des canons de la beauté de notre époque, sont fascinantes et étranges à la fois.

      Ces femmes mûres tout droit sorties des magazines vintage ne sont pas un thème nouveau chez Tomoo Gokita, ils suffit de se replonger dans son premier gros recueil de dessins publié en 2000, Lingerie Wrestling, pour constater que l’artiste vouait déjà une certaine fascination et admiration pour ces femmes. 10 ans plus tard le zine Cum to Me, l’une d’elles faisait la couverture et dans les multiples clusters de dessins que l’artiste a exposé par la suite elles étaient encore présentes.

      A côté de cette série portraits, l’artiste présente une autre série de peintures, Fake Cezanne. Comme son nom l’indique, il s’agit de reproductions de toiles, des natures mortes uniquement, du peintre impressionniste. Les reproductions ne sont pas fidèles à l’identique, Tomoo Gokita a utilisé la même technique de peinture, on retrouve ces coups de pinceau caractéristiques, et les toiles rappellent fortement certaines de Cézanne, cependant toujours à quelques objets ou à une orange près et comme vous pouvez le voir, ces peintures ont elles aussi été réalisées en ton de gris. Une fois de plus, le noir & blanc nous plonge dans le monde des journaux, ou ici des magazines d’art vintage dans lesquels une simple photo pouvait éveiller autant d’admiration, de passion que l’original.

      Avec ces nouvelles oeuvres, Tomoo Gokita nous prend quelque peu par surprise et ce n’est pas plus mal, c’est toujours esthétiquement très beau, et l’artiste met ici en avant d’autres sources d’inspiration qui ont pu nourrir son travail par le passé, notamment en dessin et qui reviennent ici en peinture. On aimerait d’ailleurs bien voir par la suite le retour de ces catcheurs auxquels l’artiste voue également un vrai culte. En attendant voici quelques autres photos.

All pics courtesy of Tomoo Gokita & Mary Boone Gallery

 
Tomoo Gokita – Beauty @ Mary Boone Gallery

Jusqu’au 22 décembre 2017 à New York

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *