RUN – Man is God @ Howard Griffin Gallery

Man is god - 3

 

      Giacomo Bufarini, aka RUN, revient à la Howard Griffin Gallery, pas celle de Londres cette fois mais celle de Los Angeles, pour une nouvelle exposition d’envergure. En effet l’artiste italien, basé à Londres, avait déjà réalisé un installation impressionnante l’an passé lors de son expo Parabola DI G, et il nous refait le coup ici avec ce nouveau show intitulé Man is God. Les habitués de la galerie californienne vont à nouveau avoir de quoi être étonnés car après l’énorme temple des Broken Fingaz il vont pouvoir découvrir les immenses têtes de RUN.


 

Man is god - 5 Man is god - 4 Man is god - 9

 

      En effet l’artiste a réalisé pour son expo toute une série de sculptures à son effigie, représentant son visage qu’il peint depuis maintenant de nombreuses années. Ces statues se dressent telles les Moaï de l’île de Pâques, elles sont à la fois très simples et très expressives, on note cependant une différence de taille, RUN a peint les siennes de différentes couleurs comme pour souligner la multi-culturalité de notre société. Notre société est en effet le réel sujet de l’oeuvre de RUN: s’il a créé toute une imagerie autour d’une ancienne et mystérieuse civilisation, avec ces sculptures, mais aussi ces peintures qui rappellent des étendards tribaux avec leurs couleurs très vives et ces tracés très bruts, c’est pour au final mieux nous remettre en question.

 

Man is god - 11 Man is god - 10 Man is god - 24

 

      L’artiste pose ainsi une question existentielle à notre société, une société plongée dans une course effrénée à la modernité, et pour qui la question spirituelle ou le rapport à la nature semble un lointain souvenir des civilisations passées. Il y a dans plusieurs de ses peintures cette opposition entre le monde moderne représenté par des usines et la nature symbolisée par des plantes. Dans une série de monotypes inédits, le visage de RUN est représenté de manière abstraite à l’aide d’un assemblage de blocs géométriques et artificiels. Et puis n’oublions pas ces sculptures gigantesques à tête humaine qui montrent finalement l’homme comme un être divin. On en revient alors au titre de l’expo Man is God, une affirmation qui se présente au final plus comme une remise en question, l’homme avec le progrès, ses technologies et l’urbanisation qui va avec s’est façonné un monde basé sur ses propres créations, prenant une place de créature toute puissante, et oubliant son passé et ses origines. RUN nous invite alors à découvrir les vestiges de sa civilisation imaginaire pour mieux remettre les choses en perspective.

 
 Man is god - 7 Man is god - 1 Man is god - 8 Man is god - 12 Man is god - 19 Man is god - 18 Man is god - 27 Man is god - 26 Man is god - 23 Man is god - 25 Man is god - 21 Man is god - 17 Man is god - 13

All pics courtesy of RUN & Howard Griffin Gallery

 
 
 

RUN – Man is God @ Howard Griffin Gallery

 

Jusqu’au 31 octobre 2015 à Los Angeles.

Ce contenu a été publié dans Art par jerem, et marqué avec . Mettez-le en favori avec son permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *