Release: Daniel Arsham – Sand Circle

      Si vous suivez assidument Daniel Arsham sur les réseaux sociaux alors vous avez déjà probablement entrevu sa toute nouvelle édition qui porte le nom de Sand Circle. Relativement différente de la série Future Relic, ici l’artiste met en avant sa fascination pour la Lune et plus généralement l’espace avec un objet complément hypnotique. Cette nouvelle édition sort lundi 27 novembre et voici quelques infos à son propos.

      Le Sand Circle, qui est édité à 500 exemplaires, fait 10″, soit environ 25cm de diamètre, et son socle a pour dimensions 10″ x 3″ x 2″. A l’intérieur sont placées deux lunes, des lunes fictionelles et bleues comme celles de ses sculptures, elle ont été imaginées d’après les recherches de l’artiste. Elle sont plongées dans un mélange d’eau d’air et de sable, en fait c’est un peu plus compliqué que ça car la cascade de sable est composée de 6 matériaux différents: des cristaux de couleur, de taille et de densité diverses qui vont tomber à des vitesses variées pour créer de magnifiques paysages spatiaux. Alors ne criez ni au génie ni au plagiat, comme il le dit lui-même ce genre d’objet existe depuis longtemps, ça s’appelle aux US des Sand Picture mais tout comme il n’a pas inventé les fossiles du futur ou les globes lunaires ce qui est important c’est l’intention de l’artiste qui ici, par ses modifications, inscrit ce Sand Circle dans le contexte de son travail et lui insuffle une poésie, une magie réveillant nos rêves d’enfant de voyages interstellaires. Aussi comme l’explique Daniel Arsham ci-dessous, cette édition parle aussi de ses recherches sur l’érosion et la dégradation du monde qui nous entoure:

« In the 1960’s, during the space race there were different devices developed and created to explore distant galaxies and planets. One was famously a device that utilized sand water and air to create landscapes. This piece taps into that world while also focusing on the themes common in my work, specifically time and the logic of erosions. Every time the Sand Circle is turned, the landscape on top is destroyed, yet there is a new view reforming on the bottom. They are eroding away, but simultaneously creating something new. In the Sand Circle, you are also taking part in “unveiling,” as the sand will cover and uncover these moons within the piece. The moons are based on my studies of exoplanets and my time spent at NASA JPL. The moons are invented. They are unfamiliar yet familiar at the same time.”

      Ainsi à l’instar du sablier que l’on peut voir actuellement dans son expo chez Perrotin à Paris, une partie se détruit pour en recréer une autre. Ici le paysage de la lune du haut se décompose, tombe lentement en poussière, mais de cette poussière née un paysage nouveau pour la lune du bas. La matière se conserve ainsi dans un cycle éternel, comme elle peut le faire à l’échelle de l’Univers. Evidemment en cette période de Noël, le Sand Circle de Daniel Arsham a des allures de boule à neige de l’espace mais celle-ci est pleine de poésie et replace l’astronomie avant tout comme comme un théâtre merveilleux pour l’imagination. Jetez un oeil à la vidéo et laissez vous hypnotiser par ses paysages de science fiction qui se créent peu à peu devant vos yeux:

      Si ça vous donne envie de l’avoir à la maison, c’est bien simple il faudra être devant votre ordi lundi 27 novembre prochain, à midi EST soit 18h chez nous, et vous rendre sur le shop en ligne de Daniel Arsham ici pour espérer chopper l’un des 500 exemplaires.

All pics courtesy of Daniel Arsham

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *