Recap: Stephan Doitschinoff – Três Mundos @ Galerie LJ

TresMundos - 37

 

      L’artiste brésilien Stephan Doitschinoff, connu aussi sous le nom deCalma, expose pour la première fois en France, à Paris, et c’est à ne surtout pas manquer. Nous avions appris la bonne nouvelle il y a quelques mois, la Galerie LJ  allait désormais travailler avec l’artiste et comme un cadeau de fin d’année, elle accueille sa nouvelle exposition solo, Três Mundos, depuis le 4 décembre.

 

TresMundos - 38 TresMundos - 39

 

      Pour vous resituer un peu, Stephan Doitschinoff est né en 1977 à São Paulo et il a vécu toute son enfance dans un cadre très religieux, atour de son père pasteur évangélique et de sa grand mère très pratiquante. De la religion il s’est imprégné de tous ses symboles qu’il réutilise ici, de manière détournée, dans ses oeuvres. Personnellement, l’artiste voit l’église comme une institution archaïque qui a toujours eu pour but de contrôler le peuple, et il s’en sert justement comme image pour décrire nos sociétés modernes corrompues. Ainsi on prendra un grand plaisir à essayer de décoder tous ces messages qu’il a voulu glisser dans ses peintures. De multiples références textuelles ou imagées sont en effet faites à l’état, à la mafia, aux banques et autres composantes de cette société qu’il critique vivement. Mais le plaisir sera également visuel car toutes ces grandes peintures, que l’on peut voir dans la grande salle de la galerie, sont impressionnantes de beauté. C’est superbement exécuté comme vous pouvez le voir sur les photos.

 

TresMundos - 1 TresMundos - 5 TresMundos - 3 TresMundos - 2 TresMundos - 6 TresMundos - 7
 
   Outre l’imagerie religieuse, Stephan Doitschinoff  puise également volontiers dans le folklore brésilien, squelettes et masques vous renverront à la fête des morts, et les couleurs, comme ce vert émeraude ou ce rose qu’il utilise pour le fond, évoquent l’amérique latine. Et si l’artiste a construit son propre language symbolique il a aussi développé toute une esthétique qui lui est propre avec des personnages récurrents, aux visages très anguleux, comme cette madonne ou ce diable qu’on retrouve dans différents dessins et peintures.

 

TresMundos - 11 TresMundos - 10 TresMundos - 17

 

   Mais Stephan Doitschinoff ne limite pas qu’à la peinture et il réalise souvent des installations ou performances qui sont pour le moins marquantes, on vous en avez déjà parlé ici. Et c’est dans la deuxième partie de l’expo Três Mundos, située au sous-sol de la galerie, que l’artiste confirme son talent pour la mise en scène et le décor cryptesque qu’offre le lieu se prête très bien à ce qu’il nous a préparé. Alors attention cardiaques s’abstenir car, au détour d’un mur, on découvre un mannequin masqué à genoux face à un hautel entièrement peint par l’artiste. Evidemment ça a son petit effet d’autant qu’une musique lancinante augmentera un peu plus la tension dégagée par la scène.

 

TresMundos - 18 TresMundos - 28 TresMundos - 29 TresMundos - 19 TresMundos - 25

 

La musique lancinante qu’on entend ici est en fait celle de la vidéo d’une performance réalisée par l’artiste et qui est diffusée dans la salle d’à côté. Encore une fois la mise en scène est très réussie et vous serez plus que dérangé par ce festin auquel vous invite Stephan Doitschinoff.

 
TresMundos - 33 TresMundos - 30 TresMundos - 31
 

      On se quitte avec quelques autres photos, sachez que l’exposition est visible jusqu’au 17 janvier et on va se répéter mais c’est à voir absolument si vous êtes sur Paris ou de passage dans la capitale.

 

TresMundos - 0 TresMundos - 14 TresMundos - 15 TresMundos - 13 TresMundos - 12 TresMundos - 16 TresMundos - 24 TresMundos - 23 TresMundos - 20 TresMundos - 22 TresMundos - 35 TresMundos - 34 TresMundos - 32 TresMundos - 9 TresMundos - 8TresMundos - 36 TresMundos - 26

 
Stephan Doitschinoff Três Mundos  @ Galerie LJ    
 

Jusqu’au 17 janvier 2015
 

12 rue Commines à Paris
 
Du mardi au samedi, de 11h à 19h

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *