Print Them All

Print Them All - opening - 3Plus que quelques heures à attendre (enfin quelques minutes car on post toujours en retard) avant l’ouverture du site de Print Them All. Vous allez me dire ça sonne un peu comme Picture on Walls tout ça et vous n’aurez pas tort car il s’agit là aussi d’édition de prints spécialisée dans l’art urbain. Mais Nicolas Couturieux, l’un des deux hommes à la tête du projet que nous avons joint il y a quelques jours, tient à le préciser, nous faisons la même chose mais c’est différent, et celui-ci s’en explique…

 

Print Them All - opening - 4
 
Tout d’abord, avant de mettre en lumière les points sur lesquels il veut insister, Nicolas nous a parlé de la ligne directrice de Print Them All. Ce sont des passionés issus de l’art urbain eux même qui sont aux commandes, Nicolas a lui aussi taggué dans les rue, il y a maintenant quelques années, et l’art urbain a toujours une place prépondérante dans sa vie, il tient sa galerie et collectionne lui-même. Son associé quand à lui est un artiste connu de tous et le duo devrait donc faire honneur au mouvement et retranscrire son essence sans se le réapproprier.

Print Them All - opening - 5
 
Face à la déferlante de prints actuelle, Print Them All souhaite se démarquer tout d’abord par la qualité de ses productions. On oublie la sérigraphie qui ne dure pas assez dans le temps et on opte pour une qualité supérieure avec de l’impression digitale avec des encres qualité archive mais surtout avec des lithographies réalisées dans les ateliers d’Idem Paris. Nous vous avions déjà parlé de ces ateliers réputés dans l’Europe entière et situés rue du Montparnasse à Paris. Créés en 1880, ils ont vu défiler des maitres comme Picasso, Dubuffet ou encore Matisse et plus récemment des artistes contemporains comme David Lynch ou JR (il y en a d’autres mais ce sont ceux dont on vous a déjà parlé). La lithographie est une technique plus haut de gamme, avec des couleurs qui durent plus longtemps et ici posées sur un joli papier non ébarbé (vous savez comme si les côtés étaient arrachés), il n’y a surtout pas de raison que l’art urbain soit cantonné à la sérigraphie.

 

Print Them All - opening - 6

 

Evidemment, la technique est plus onéreuse mais Nicolas nous promet des prix raisonnables, vraiment, facilités par une gestion uniquement en ligne. D’ailleurs le site en ligne plutôt qu’une boutique physique ce n’est pas uniquement affaire de limiter les frais mais c’est aussi pour faciliter l’accés aux productions des artistes et cela de manière internationale. D’ailleurs l’internationale c’est le deuxième credo de Print Them All, ils souhaitent proposer des éditions d’artistes reconnus pour leur travail dans la rue, venant de France, d’Europe, mais aussi du Monde entier. Et le line-up de départ est en totale adéquation avec cette volonté car les trois artistes dont vous pourrez découvrir les prints aujourd’huisont le français L’Atlas, l’italien Fidia Falaschetti et le chilien INTI. Pour INTI c’est justement sa première édition papier et parlons à présent des trois releases proposées pour les débuts de Print Them All.

 

Print Them All - opening - 7
En ce qui concerne les releases, la très bonne idée de Print Them All, a été de demander aux artistes de dire quelques mots à propos de l’oeuvre qu’ils ont choisie. Ca ne mangeait pas de pain et c’est trop rare pour ne pas être souligné. Surtout on n’a moins l’impression d’être au supermarché du print. Pour INTI il s’agit de El Caudillo, une impression sur un grand format de 81 X 57 cm éditée à 100 exemplaires signés et numérotés (comme tout ce qui sortira de chez Print Them All). L’artiste imprégné de la culture latine réemploit dans ses oeuvres tout un tas de symboles, de costumes et de masques sacrés.

 

Print Them All - opening - 0
Pour Fidia Falaschetti, le choix s’est porté sur une peinture qu’il a réalisé en 2010, Ci Manga (prononcez Tchi Manga). Il faut savoir que le choix des oeuvres pour les éditions est un choix commun des gens de Print Them All et de l’artiste qui propose tout d’abord une selection. Nicolas et son associé ont été sensibles notamment à cet Astroboy icone de la génération post-trentenaire. Pour Fidia, Astroboy est aussi l’un des heros de son enfance, qui semble bien loin des icones de la génération d’aujourdh’ui. Il explique que Manga ressemble à Manca qui veut dire en italien  »il manque quelquechose », et CI Manga sonne comme un  »tu nous manque » bien nostalgique. Ce Ci Manga édité à 60 exemplaires est une lithographie 5 couleurs sur un format 55 x 80 cm (papier BFK Rives 270g pour être précis). Elle est ici dans sa version rose et sera déclinée en rouge, vert et bleu ..un peu comme les Bioman (attention certaines variantes comme la verte seront éditées à beaucoup moins d’exemplaires).

 

Print Them All - opening - 2
 
Nous terminons enfin avec L’Atlas qui propose son Big Bang en version noir ou blanche. Il a réalisé l’un de ses cryptogrammes, dans lequel on peut lire son nom, mais de ce cryptogramme semble naitre une boule d’énergie. Ses traces que l’on peut voir autour du coeur du cryptogramme sont en fait les traces de pas de l’artistes, ces pas qu’il ne cesse de faire dans son atelier, symbolisant cette énergie débordante qu’il met dans son travail si rigoureux. Chacune des deux versions est une lithographie 2 couleurs sur un format 78 x 90 cm (avec évidemment un papier de choix, du BFK Rives 300g) et éditées chacune à 55 exemplaires.

 
Print Them All - opening - 1

Voilà pour les présentations, on souhaite longue vie à Print Them All, et on espère que les promesses seront tenues (il n’y a pas de raison) et qu’on trouvera de quoi satisfaire notre addiction de collectionneur chez eux. Par la suite, leur rythme de croisière devrait être au minimum une sortie par mois avec des tailles d’éditions plus ou moins grandes, avec entre autres comme artistes à venir, MIST, Jade, Tilt et Smash 137.

 

Ce contenu a été publié dans Art par jerem. Mettez-le en favori avec son permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *