Pablo Tomek – Effets Secondaires @ Pop;68

       La galerie Pop;68 présente actuellement Effets Secondaires, une nouvelle exposition personnelle de Pablo Tomek. Pour ceux qui n’auraient pas suivi, Pop;68 est située à Cologne, c’est la petite soeur de Ruttkowski;68 et prend place d’ailleurs quelques mètres plus loin dans ses anciens locaux qui étaient déjà pas mal. Sa programmation est très dynamique et fait la part belle aux artistes internationaux émergents, et c’est donc le français Tomek. qui vient prend possession du lieu pour ce mois d’aout.

      Dans cette nouvelle exposition, Pablo Tomek dévoile une série d’oeuvres qui vient à nouveau se nourrir du travail ouvrier et des chantiers. On retrouve tous les différents champs d’exploration de l’artiste qu’on avait pu voir dans son très bon bouquin Teren Alchemia ou au travers de Travaux Publics, son intervention in situ au Palais de Tokyo. Les réalisations sont donc très diverses tant au niveau des matériaux que des outils, oui des outils car Tomek utilise les outils de chantier, révélant la part artistique souvent inconsciente qui se cache derrière le geste de l’artisan. Il ya donc les peintures à l’éponge façon blanc de Meudon, sur toile ou sur vite, les parpaings jointoyées au mortier pigmenté tout en dégradé, ou encore ses peintures au marqueur de chantier fluo, nos oeuvres préférées.

      Ces différentes oeuvres mettent en évidence la beauté plastique inattendue du chantier urbain, comme un effet secondaire, il n’est pas désiré, comme un effet secondaire selon le contexte, la personne il peut devenir digne d’intérêt. C’est ce que nous montre ici Pablo Tomek en jouant avec l’effet secondaire plastique du travail des ouvriers: la bâche est à la base un élément de protection mais plein de peinture et tournée dans tous les sens elle devient aussi une sculpture dynamique, la vitre brisée est un accident de chantier mais cet accident vient créer des stries, des lignes qui créent un dessin plein d’énergie sur le verre, et pour reparler de ces tracés fluo juxtaposés sur le sol ils se présentent pour le non initié comme autant de signes ésotériques fascinants. Dans cette nouvelle exposition, on constante aussi que l’artiste expérimente de plus en plus notamment en ce qui concerne les mélanges de techniques et de matériaux, au moyen d’inclusion et pour plusieurs des oeuvres présentés, il a joué avec des contrastes très tranchés comme avec les peintures CDM blue back et CDM black hole. Une expo très riche donc à découvrir jusque fin aout à Cologne ou avec les photos ci-dessous.

      Voici une belle illustration des effets secondaires dont nous parle Pablo Tomek dans cette expo. Ici la peinture sur vitre brisée semble s’être décrochée du mur, comme en témoigne le petit gond plié laissé sur le mur. Outre les stries blanches qui viennent dynamiser les aplats de couleur, la peinture, conséquence de son choc sur le sol, devient une sculpture, une installation, cristallisant par la même occasion cette notion d’effet secondaire. Evidemment l’artiste laisse planer le doute, mise en scène ou accident d’accrochage, il laisse la question ouverte.

All pics courtesy of Pablo Tomek & Pop;68

 

Pablo Tomek – Effets Secondaires @ Pop;68

Jusqu’au 27 aout à Cologne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *