Mon Colonel & Spit – LepidoptERA @ BPS22

      Le weekend dernier, au BPS22 de Charleroi, récent musée d’art contemporain, on pouvait voir pour la dernière fois LepidoptERA une exposition du duo belge Mon Colonel & Spit. Cette exposition était centrée autour d’une grande cabane en carton réalisée in situ. Si vous n’avez pas eu l’occasion de vous y rendre, ne soyez pas trop déçus on vous a pris des douzaines de photos histoire de garder une trace de cette oeuvre éphémère.

      Ce n’est pas la première fois que les deux hommes créent une telle installation en carton, ils en avaient fait une du même genre par exemple au MUba à Tourcoing il y a quelques années. A l’époque nous ne connaissions pas encore les deux artistes, et on regrette beaucoup d’avoir loupé ça, heureusement cette fois-ci on était au rendez-vous et la visite de cette cabane, aux allures de grotte, était totalement jouissive: on sautait littéralement sur place en découvrant tous les travaux présents à l’intérieur. Pour en apprendre un peu plus sur la réalisation de cette exposition on vous invite à écouter Mon Colonel & Spit dans la vidéo ci-dessous:

      Comme l’explique les deux hommes LepidoptERA rassemble les souvenirs de voyages récents effectués par le duo, Mon Colonel est parti du côté du Maroc tandis que Spit s’est envolé vers New York, les oeuvres présentes ici racontent aussi quelques jours passés à Paris et autres destinations plus proches. Chacun a pris des instantanés de ces voyages, sous la forme de polaroïds par exemple dont on retrouve toute une longue série alignés sur le mur face à la cabane ou encore à l’intérieur accrochés sur le mur, mais Mon Colonel & Spit ont capturé aussi ces moments de vie sur leur carnet de notes ou tout simplement dans leur mémoire. Pénétrer dans cette cabane c’est un peu comme si on entrait dans leur mémoire justement, mémoire dans laquelle se sont figées toutes ces émotions, ces rencontres, ces moments où la vie bat de l’aile comme il est écrit sur l’un des dessins de l’accrochage. Le travail du duo traite de l’éphémère à l’image du papillon qui donne son nom à l’expo et qu’on retrouve en sculpture, peintures ou dessins: comme la chenille qui devient papillon, la vie s’emballe pour quelques instants, et le duo cherche à les attraper ces papillons, à capturer l’instant.

      Ce sont ces instants, heureux ou malheureux, comiques ou incongrues q’on retrouve ici sur les murs en dessins ou figés sur les quelques pots en céramiques qui se dressent au milieu de la pièce. On y a vraiment passer de longs moments à tout lire, tout examiner, il y a de pures moments de poésie inscrits sur ces dessins, plein de détails se cachent aussi dans cette reconstitution de leur studio, des croquis pour l’expo, des petits objets qui ont toute une signification comme dans un carnet de voyages. C’est aussi un grand plaisir pour les yeux, ici Mon Colonel & Spit ont mis un peu de côté l’aquarelle pour réaliser leurs dessins aux pastels secs, comme pour la série de portraits que vous avez pu voir au MIMA. Le trait est plus énervé, plus brut et traduit encore mieux cette énergie de l’instantané. Il y avait tant de choses à voir de toute façon que c’est difficile de vous en parler avec des mots, du coup on vous laisse profiter de nos quelques souvenirs photos.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *