Michael Lau Exhibition VI – Collect Them All! @ Christie’s HK

      Deux ans après sa dernière exposition personnelle, L’artiste hong-kongais Michael Lau revient pour un show très ambitieux, toujours chez lui, et plus précisément chez Christies’s HK, la fameuse maison de ventes aux enchères. Et le choix du lieu n’a rien d’un hasard car cette Michael Lau Exhibition VI est centrée autour du thème de la collection et s’intitule tout simplement Collect Them All! (collectionne les tous!).

      Au fur et à mesure de ses expos, Michael Lau évolue de plus en plus vers le domaine de l’art contemporain mais sans pour autant laisser de côté les jouets qui ont fait sa renommée, bien au contraire l’artiste défend l’idée que les designer toys sont de l’art et ils font toujours autant partie de son travail, on les retrouve ici dans la plupart des oeuvres, sculptures, peintures et autres. Pour la petite histoire, en 2016 Michael Lau a participé a une vente aux enchères caritative chez Christies’s dans laquelle il a vendu avec succès une grande peinture, Wall of Jordan, c’est là qu’il a découvert que l’acquéreur collectionnait aussi ses jouets depuis le début, il a alors compris que ses fans avaient grandi avec lui et qu’il pouvait à son tour changer sans se poser de question et basculer totalement dans le monde de l’art contemporain sans trahir ce qu’il aimait, collectionner les jouets.

      Ainsi Michael Lau a fournit vraiment un gros travail pas uniquement par le nombre de nouvelles oeuvres réalisées, et elles sont nombreuses mais aussi dans le concept de l’exposition. Tout a rapport avec le thème de la collection, ici pour la scénographie Michael Lau n’a pas voulu d’un accrochage classique mais a eu envie de recréer l’intérieur d’un collectionneur ultime qui aurait accumulé ses oeuvres depuis le début jusqu’à aujourd’hui. Cet intérieur a d’ailleurs été mis en scène avec les meubles de sa propre collection, Michael, outre les jouets, collectionne aussi les meubles design, tendance plutôt scandinave. On retrouve donc la plupart des sculptures et assiettes peintes posées sur ceux-ci.

      Là où l’artiste a été très fort, c’est que pour créer cette collection ultime qui lui est dédiée, il a revisité toutes ses précédentes expositions en créant de nouvelles oeuvres qui l’ont fait replonger dans les thèmes développés dans chacune. On retrouve ainsi des gardeners, des dessins de ses figurines, de nouvelles assiettes peintes comme dans son expo Remember-Disc · Time-Table ou encore les personnages éponges de l’expo what? we: want!. Enfin il y aussi du totalement nouveau avec la série Package-Change, combinant sculptures et peintures de personnages sous blister. On vous a fait un petit résumé plus bas de chacune des parties de cette collection.

      Vous le verrez aussi sur les photos , Michael Lau a imagine une nouvelle version de on alter-ego Michael, revisitant la fameuse peinture de Leonard de Vinci, Salvator Mundi, qui a affolé les compteurs récemment chez Christie’s. Ici l’artiste a imaginé Salvator Michael, qu’on peut découvrir en peinture et en sculpture, et qui dans sa main, tient une boule de Chazychildren au lieu d’une sphère de crystal. Histoire de nous achever un peu plus, les invitations envoyés par l’artiste aux riches collectionneurs (donc pas à nous) qui le suivent sons ni plus ni moins que des petits Salvator Michael sous blister, oui ça tue.

Collect Them All! a clôt ses portes le weekend dernier, mais faisons honneur au roi du Art Toy en passant en revue les différentes parties de l’expo. Vous verrez que chacun des groupes d’oeuvres s’intitule Serious Serie, Michael Lau insiste une fois de plus, de manière eu peu ironique, sur le fait que les toys c’est aussi de l’art sérieux. Avant de passer à cette rétrospective revisitée par l’artiste voici une vidéo (non traduite désolé) résumant tout son parcours, on passe notamment voir Colette et Maharishi:

Serious Serie I: Gardener 1999. Evidemment tout commence là, avec les Gardener cette fameuse série de figurines ressemblant aux figurines 12″ classiques mas inspirées par univers inédit, celui de la culture urbaine, les skateurs, graffeurs, et autre DJs. Michael Lau réalisait ces figurines lui-même, pour répondre au succès il les a ensuite produit en petite édition de 10. Au final lors d’une exposition à Hong-Kong, il en a présenté pas moins de 99 différents. On notera notamment une série de planches de skate revisitant ses personnages qu’il a peintes à la main et notamment une très belle réalisation avec une rangée de planches découpées qui représente la vie de Maxx l’un de ses garderners les plus fameux.

  

Serious Serie II: Crazychildren 2000. Il s’agit d’une autre série de designer toy imaginé par Michael, à laquelle appartient justement ce personnage qui fait office d’alter ego. Cette série avait un design un peu plus fou et se prolonge ici avec le Salvator Michael dont on vous parlé plus haut et qui tient justement dans sa main les capsules noires qui contenaient les toys. Vous pouvez voir aussi que contrairement au Christ de Leonard De Vinci, Salvator Michael croise les doigts avec sa main droite, c’est pour faire le voeu de parvenir à mener sa collection à terme. D’ailleurs à l’époque toutes les boites de Crazy Children contenait une secret part, un morceau d’un autre toy qu’on ne pouvait reconstituer qu’en ayant tous les Crazy Children, il fallait déjà tous les collectionner.

Serious Serie III: 6-inches Vinyl Figures (2003 to 2017). Pour cette partie Michael Lau s’arrête sur les toys qu’il a créés à partir de 2003 avec notamment les versions 6″ de ses fameux gardeners. Ici il les revisite de plusieurs manières, d’une part il en présente certains en très grands formats comme par exemple le Jordon ou le BB orange mais il a réalisé aussi des oeuvres papier où il est venu dessiner ces toys sur les boites éclatées qui deviennent pour le coup des carnets de croquis.

Serious Serie IV: Remember-Disc · Time-Table. Prolongeant la série démarrée pour la Michael Lau Exhibition IV, Michael a peint et dessiné sur des tables et assiettes en bois rappelant le style scandinave qu’il collectionne. Chacune des peintures et dessins au crayon de couleur met en scène son alter ego toyesque qui vient apporter avec humour ses réflexions sur la vie. Certaines de ses réalisations sont aussi déclinées en grande sculpture.

  

Part V: what? we: want! Même principe, Michael Lau développe un peu plus le travail présenté lors de la Michael Lau Exhibition V. L’artiste avait dévoilé toute une série de sculptures de grands Michael en éponge qui venaient nous parler d’Internet et de son impact sur les êtres humains. Ici de nouvelles sculptures font leur apparition avec notamment des petits Michael en éponge version cute.

Part VI: Package-Change. C’est la partie totalement inédite de l’expo avec une association de peintures et de sculptures représentant des toys sous blister, il s’agit de petits Michael à l’aspect éponge et ayant tous une attitude différente. Evidemment les packaging font référence au thème principal de l’expo, la collection mais l’idée de l’artiste est de montrer que les gens essaient de changer leur propre packaging pour avoir de la reconnaissance sociale, en regardant attentivement les boites on peut voir plein de petits messages, de petits réflexions de l’artiste camouflés sous la forme de logo, d’avertissement. Mais pour boucler la boucle, collectionner est aussi une manière d’atteindre cette reconnaissance social et de soigner son ego.

 

Quoi qu’il en soit avec cette exposition ambitieuse, Michael Lau parvient à ses fins, s’affirmer dans le monde de l’art contemporain sans se renier et en utilisant son medium de prédilection, le toy. Dommage cependant que l’artiste ne pense pas plus à ses fans habitant à l’étranger, le catalogue et le Michael sous blister de l’invitation auraient constitué de merveilleuses petites éditions, être collectionneur peut s’avérer être aussi très frustrant.  Allez sans rancune on termine avec une dernière série de photos.

 

All pics courtesy of Michael Lau & Christie’s HK.