Matthew Palladino – Plastic/Paper @ Aisho Nanzuka

       L’artiste américain Matthew Palladino expose pour la première fois en Asie, ça se passe à Hong-Kong à la galerie Aisho Nanzuka. La galerie a déjà exposé plusieurs artistes internationaux dont le travail a été fortement influencé par la pop culture, les mangas, comics, et bien sûr les dessins animés. Matthew Palladino vient donc rejoindre quelques pointures comme Yuichi Yokoyama, Todd James ou encore Erik Parker et comme le sous entend le titre de l’expo, Plastic/Paper, il vient exposer ici deux facettes différentes de son travail.

       En effet l’exposition s’articule à la fois autour d’une série de grandes aquarelles sur papier et d’une série de peintures sur bas-relief. Commençons par les aquarelles, cette techniqueMatthew Palladino l’a découvert lors de ses études d’arts et n’a cessé de l’explorer pour la maitriser parfaitement, les aquarelles qu’on peu voir dans l’expo ont été réalisées dans film de masquage avec un mélange d’aquarelle et d’encre. Pour ceux qui suivent un peu le travail de l’artiste, ils seront probablement surpris par le contenue très sombre de cette série, des squelettes, des restes humains, répétés tout au long de la série. Dans cette récente interview donnée au magazine Juxtapoz, on apprend que ces pensées sombres et morbides lui ont été inspirées par la lecture d’histoires sur les tueurs en série. Cet ensemble d’aquarelles semble décrire une cérémonie et l’ambiance est assez particulière, avec une lumière façon nuit américaine, notamment due à ce contraste en le fond noir de la nuit et les couleurs très chaudes et vives des différentes scènes. Vous apprécierez la beauté de ces oeuvres papiers avec les quelques photos en détail des oeuvres ci-dessous.

       Passons à présent à la partie Plastic de l’exposition, ici les oeuvres ont des couleurs nettement plus joyeuses et les bas-reliefs accrochés aux murs ont des airs de jouets playskool. D’ailleurs pour une de ces oeuvres en plastique l’artiste explique qu’il s’est inspiré d’un chateau fort de son enfance, qui a servi ici à mettre en image une chanson de Neil Young,  « Dont Let It Bring You Down (Castles Burning) »

       Matthew Palladino a commencé à réaliser ce type de travaux en volumes il y a quelques années, il avait l’impression d’être arrivé au bout, au niveau technique, de qu’il pouvait achever avec l’aquarelle et voulait jouer avec la texture, le volume. Dans ses travaux bidimensionnels, l’artiste aime répéter les motifs, les personnages et pour ses premiers bas-reliefs il s’est rendu qu’il pouvait utiliser des moules à chocolat, beaucoup de motifs existaient et ça lui permettait à nouveau de composer des oeuvres en utilisant le même principe de répétition. Evidemment, tous les objets n’existent pas sous la forme de moules à chocolat et l’artiste s’est tourné par la suite vers les techniques digitales notamment les scanner 3D, mais il a du se mettre tout de même à sculpter ses propres objets ce qui lui aussi permis de franchir de nouvelles étapes artistiquement aussi au niveau de ses tableaux en relief. Actuellement avec les techniques d’impression 3D, il utilise de plus en plus l’ordinateur sauf pour la peinture qu’il vient appliquer à la main.

      Cette exposition signe en fait une nouvelle étape pour l’artiste, il a passé beaucoup de temps ces dernières années à explorer le domaine de la 3D et il se remet à présent à travailler à nouveau avec l’aquarelle, nul doute que ces deux techniques vont se nourrir l’une de l’autre et il faudra suivre avec intérêt les prochaines réalisations de l’artiste. En attendant, on peut déjà découvrir avec plaisir celles exposées à la galerie Aisho Nanzuka.

All pics courtesy of Matthew Palladino and Aisho Nanzunka 

 

Matthew Palladino – Plastic/Paper @ Aisho Nanzuka

Jusqu’au 18 novembre 2017 à Hong Kong

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *