Margaret Kilgallen – Heroines

La vidéo dont on va vous parler n’est pas nouvelle, elle fait en fait partie de la première saison des reportages Art: 21 – Art in the 21st Century  qui date de 2001 (dispo en DVD aux US si ça vous intéresse), mais j’avoue qu’on ne connaissez pas du tout cette série de documentaires  et c’est avec grand plaisir qu’on découvre ce reportage sur Margaret Kilgallen.

Margaret Kilgallen - Heroines - 0

Pour vous resituer un petit peu cette artiste, Margaret Kilgallen est l’une des artistes phares de l’exposition Beautiful Losers, cette exposition itinérante légendaire qui a mis en lumière toute une nouvelle génération d’artistes hyper talentueux issue de la sousculture, on pourrait même parler maintenant du mouvement artistique Beautiful Losers tellement l’événement a été marquant. Pour parler de son travail, Margaret a mis en peinture de nombreux personnages auxquels elle a rendu hommage, avec une esthétique folk, authentique. Folk signifie en anglais les gens du peuple et c’est bien des héros populaires dont parle l’oeuvre de Margaret. Malheureusement cette artiste est morte bien trop tôt, en juin 2011 à l’âge de 44 ans. Elle était aussi la compagne de Barry McGee, d’ailleurs le documentaire démarre en les suivant tous les deux en pleine séance de Moniker, c’est à dire entre train de faire ces petits graffitis au crayon ou la craie sur les trains de fret. Elle nous parle ensuite dans ce documentaire de trois de ses héroïnes, des héroïnes anonymes qui ont accompli de petites choses mais qui l’ont touché en plein coeur. Pour ceux qui auraient du mal avec l’anglais parlé, cette interview reprend grosso modo ce que Margaret dit dans la vidéo. Ces femmes, elle ne les a parfois jamais vues mais juste lu l’histoire ou entendu jouer de la musique. Cependant Margaret les imagine et les dessine avec un trait de pinceau fin et appliqué qui montre tout son respect  car elles sont pour elles une vrai source d’inspiration. Parmis ces femmes, Il y a tout d’abord cette musicienne, Matokie Slaughter, qui pratiquait entre autres le banjo, un instrument dont jouait aussi Margaret.

Margaret Kilgallen - Heroines - 3

Elle nous parle aussi de Algia Mae Hinton, qui pratiquait le blues et le buckdancing (une danse entre country et claquettes), Margaret se rappelle encore le jour où en vidéo (sur une cassette je précise pour nos jeunes lecteurs, youtube n’existait pas)  elle a vue Algia  jouer de sa guitare les mains dans les dos tout en dansant, une performance qui l’a marquée. La dernière héroïne dont nous parle Margaret est Fanny Durack, qui fut la première championne olympique féminine de natation, sur l’épreuve du 100 m nage libre. Elle était une pionnière et gagna en pratiquant une nage que personne d’autre ne pratiquait. Toutes ces femmes qui ont touché Margaret on les retrouve partout dans son oeuvre, sur les murs ou en peinture dans ses expositions, une certaine célébration de la girl power mais avec toute la sensibilité qu’était celle de cette artiste, une artiste qui a laissé un grand vide et dont on aura plaisir à se replonger dans l’oeuvre.

Margaret Kilgallen - Heroines - 2

Margaret Kilgallen - Heroines - 1

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *