Keiichi Tanaami & Oliver Payne – Perfect Cherry Blossom @ Nanzuka

      On reste du côté de chez Nanzuka mais cette fois on part pour leur galerie à Tokyo, ils accueillaient jusqu’à aujourd’hui une exposition en duo de l’artiste japonais Keiichi Tanaami et de l’artiste anglais Oliver Payne. Dans cette expo qui s’intitule Perfect Cherry Blossom, chacun d’eux expose ses derniers travaux perso mais on peut aussi découvrir une série d’oeuvres sur papier, fruit d’une collaboration démarrée en 2017 au Hammer Museum de Los Angeles.

      Pour cette collaboration, les deux hommes sont partis d’une idée qu’avait eu Oliver Payne en 2011, il avait réalisé des collages avec des stickers reprenant les sprites d’un fameux Shoot ’em up, DonPachi (vous les savez ces Shoot’em Up hardcore ou vous devez zigzaguer entre des centaines de missiles) qu’il était venu coller sur des phots de statues grecques. Ici Oliver Payne est venu coller ses stickers imprimés sur des dessins à l’encre de son confrère japonais, des dessins représentant des dieux étranges, humanoïdes directement issus de l’univers fou de Keiichi Tanaami. Ainsi les deux artistes mêlent leurs influences réciproques et tous deux parviennent créent un travail inédit avec cette association parfaite.  Keiichi Tanaami lui aussi réalise beaucoup de collage papier dans ses oeuvres et ceux d’ Oliver Payne ne viennent pas s’insérer dans la composition mais viennent plutôt jouer avec les divinités dessinées par Keiichi Tanaami. A la place du pilote du vaisseau ces divinités dessinées apparaissent comme des boss de fin de niveau d’un jeux vidéo d’otaku mais les feux d’artifice de bombes et autres missiles viennent relever le dessin comment autant d’éléments en couleurs parfaitement orchestrés. La collaboration graphique et l’échange culturel fonctionnent parfaitement.

      Comme dit plus haut, les deux artistes présentent aussi des séries de travaux personnels. Dans le cas de Keiichi Tanaami , on peut découvrir deux grand accrochages réunissant des dizaines de dessins mis en couleur au crayon et utilisant aussi souvent des personnages et éléments collés. L’univers développé par  Keiichi Tanaami est assez particulier car il mêle à la fois une popculture puisant beaucoup dans la culture japonaise mais aussi les cartoons et le cinéma des Etats-Unis mais aussi toutes sortes de délires hallucinatoires qui sont nées d’une enfance passée sous les bombes américaines de la seconde guerre mondiale.

      Oliver Payne lui dévoile des sculptures, des plaques d’aluminium peintes et volontairement abîmés, il ne s’agit pas d’éléments  récupérés dans une usine, en fait il faut s’approcher des oeuvres pour aller lire les différents noms qui y sont inscrits: Formula F91, Anaheim Electronics,… Nos amis japonais auront compris tout de suite, ces noms sont tirés de l’univers de Gundam, animé totalement culte dans lequel s’affrontent des méchas énormes et qui a été décliné en multiples séries d’animations, jeux vidéos et figurines en tout genre. Cette série représente bien l’une des questions traités par l’artiste, celle de cette autre réalité dans laquelle se plonge toute une partie de la population, certains parlent de Fandom, cette sous culture, cette communauté dans laquelle évoluent les fans en tout genre, manga, jeux vidéos et autre. L’artiste crée finalement le trouble en venant extirper de cette réalité alternative des éléments pour leur donner une réalité tangible.

 

On termine par une dernière série de photos de l’expo.

All pics courtesy of Keiichi Tanaami, Oliver Payne & Nanzuka

 

Keiichi Tanaami & Oliver Payne – Perfect Cherry Blossom @ Nanzuka

Jusqu’au 28 avril à Tokyo.