Joakim Ojanen – Anthropocene @ Ruttkowski;68

      L’artiste suédois Joakim Ojanen terminait une année 2017 bien remplie avec une grand exposition personnelle à Cologne chez Ruttkowski;68. La galerie avait déjà présenté quelques sculptures de l’artiste à l’occasion d’une expo collective mais là il a été invité à en montrer un peu plus, voir beaucoup plus. En effet l’exposition qui s’intitule Anthropocene met en avant tout aussi bien son travail de sculpture que de peinture et il y avait une grosse surprise qui accueillait les visiteurs.

      La surprise en question c’est une grande sculpture en bronze que Joakim Ojanen a réalisé sur plusieurs semaines à Cologne même. La réalisation est magnifique et avec ce matériau, à l’aspect monochrome, un peu usé, on retrouve cet sensation très mélancolique qu’on avait eu aussi avec l’édition The Nose Player sorti chez Case Studyo. Même en taille plus modeste, la sculpture aurait eu haut la main sa place dans notre top de nos oeuvres préférées de 2017. Autrement dit, on ne serait pas contre une nouvelle édition chez nos amis gantois.

      Parlons un petit peu des peintures, cette année Joakim Ojanen s’était remis de plus en plus à peindre sur toile, et s’est aventuré sur de grands formats. Le résultats est très réussi, ce sont souvent de grands portraits, avec une jolie palette de couleurs pastels et des contours bosselés, tout sauf lisses à l’image, de ses sculptures. Le rendu est très chouette, plus sage tout de même que pour les céramiques, c’est plus joyeux en quelque sorte. En tout cas, ça donne envie d’en voir plus, et on espère bien que l’artiste continuera à jouer du pinceau histoire de développer cette partie de son travail en ajoutant peut-être quelques éléments narratifs comme on retrouve avec certaines de ses sculptures.

      Terminons avec les différents sculptures en céramiques. Plusieurs têtes sont disséminées dans la galerie, posées sur des piedestales, il y a aussi une paire de grands personnages et les visiteurs ont également l’occasion de voir le tableau avec les 3 personnages que l’artiste avait réalisé lors de sa résidence chez Lefebvre et Fils (par contre le prix s’est vu augmenter de quelques milliers d’euros….). Mais c’est tout au fond de la galerie qu’on peut découvrir une installation qui prend la forme d’une longue table sur laquelle est posé tout un ensemble de céramiques de taille plus modeste. celle-ci réunit des têtes à nouveau, il y a aussi quelques tweenies, ces petites têtes de la taille d’un oeuf, mais surtout on remarquera la présence de quelques sculptures format figurine, comme des jouets qui ont pris vie.

En scrutant cette forêt de personnages, on imagine plein d’histoires, on y croise un chien hilare, un personnage serre dans ses bras un rocher, d’autres s’enlacent jusqu’à s’enfoncer la tête l’une dans l’autre, un autre se tient face à une grotte inquiétante,  Joakim Ojanen  nous raconte avec certains de ses personnages des moments qu’il a vécu et cette foule peut se lire aussi comme un journal intime de l’artiste. On a vu que la galerie avait tourné une vidéo mais ils ne l’ont pas encore mise en ligne on la rajoutera le moment venu, on en apprendra probablement un peu plus sur la création de l’expo. En attendant voici une dernière série de photos.

All pics courtesy of Ruttkowski;68 & Joakim Ojanen

 

Joakim Ojanen – Anthropocene @ Ruttkowski;68

Jusqu’au 14 janvier 2017 à Cologne.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *