Jisan Ahn & Raymond Lemstra – Seoul Sessions @ Galerie Bart

      Raymond Lemstra est un artiste néerlandais qu’on suit depuis longtemps, on aimait beaucoup ses dessins et peintures de personnages robotiques au look souvent inspiré des masques tribaux mais depuis quelques  années son travail a pas mal évolué. Preuve en est l’ensemble d’oeuvres exposées en ce moment à la Galerie Bart à Amsterdam. Raymond Lemstra y expose en duo avec  l’artiste coréenne Jisan Ahn, ils présentent ensemble un show intitulé Seoul Sessions.

      Jisan Ahn et Raymond Lemstra ont plusieurs points communs, les deux artistes, qui n’ont qu’un an d’écart, ont tous deux étudié à Groningen aux Pays-Bas, Jisan Ahn  est retourné par la suite en Corée, pour y  puiser son inspiration et aller à la rencontre de son public. Raymond Lemstra lui aussi est parti en Corée, d’abord en voyage, notamment à l’occasion d’une participation au projet The Jaunt, puis il y a déménagé en 2016, car il y a trouvé l’amour. Aujourd’hui  Jisan Ahn et Raymond Lemstra vivent tous deux à Seoul, d’où le titre de l’expo, chacun se nourrit de cette ville, et de son histoire à sa manière, ainsi que de cette expérience personnelle où chacun d’eux s’est retrouvé à un moment dans la position d’un étranger.

      Disons à présent quelques mots sur les oeuvres présentées par les deux artistes. Les peintures de Jisan Ahn sont de petites huiles sur toile en tons de gris, elles ont des airs de vieilles photos en noir et blanc, sortis d’un album de phots de famille ou d’un vieux journal. Les visages sont souvent un peu effacés tout comme le contexte si bien que ces différentes scènes ont un caractère universel. En fait Jisan Ahn  s’inspire beaucoup de publicités coréennes des années 70, ceci explique la nostalgie, le bonheur naïf qui ressort de ses peintures, les scènes factices de la publicité deviennent ici, sorties de l’écran, un souvenir rêvé que chacun peut s’approprier.

      Le travail de Raymond Lemstra a aussi un lien avec les souvenirs mais ces souvenirs sont ceux des murs de Seoul. En effet sur des panneaux de bois, l’artiste a collé des morceaux d’affiche, des autocollants pris sur les murs de la ville. A son arrivée en Corée, l’artiste avait tendance à rester enfermé dans son studio,  à cause de la barrière de la langue et des différences de culture. Mais il  a décidé de s’accaparer la ville à bras-le-corps, notamment en ramenant chez lui ces couches de papier pris sur ses murs, comme des échantillons de peau dans laquelle on peut retrouver l’histoire de Seoul. Dans son studio, Raymond Lemstra a utilisé cette peau de la ville comme fond à ses peintures, collant les papiers sur des panneaux de bois. Il a peint par dessus ses personnages étranges, dont le faciès, composé d’éléments géométriques, est à la fois tribal et robotique. Cette série de portrait s’intitule Facing Seoul, l’artiste n’en présente ici quelques exemplaires seulement, il en a déjà réalisé une centaine. Avec ce fond de papiers arrachés, tous ces personnages ont comme peau la même que les murs de Seoul, malgré leur aspect robotique il se dégage une certaine émotion de ces portraits, ils sont chacun leur propre expression. En ce plaçant face à eux on se trouve dans la peau de l’étranger qui cherche à décrypter les signes, le language d’un pays qui lui est inconnu, renvoyant à l’expérience personnelle de Raymond Lemstra. Ces nouvelles peintures sont vraiment très réussies et on vous en livre petite sélection dans le reste des photos ci-dessous.

Installation pics by Krista Jomgsma, all courtesy of the artists and Galerie Bart

 

Jisan Ahn & Raymond Lemstra – Seoul Sessions @ Galerie Bart

Jusqu’au 24 mars 2018 à Amsterdam