JC Earl – Safari @ Module

      Le 1er juillet dernier, Julien Cadou aka JC Earl prenait possession du Module avec une nouvelle exposition personnelle intitulée Safari. L’espace parisien était bourré à craquer de nouvelles réalisations de l’artiste: des sculptures mais aussi des peintures ainsi que quelques éditions. On était au vernissage et on vous a fait un petit recap photo de l’événement.

      Premier détail très sympa, l’enseigne peinte sur bois qui nous accueille à l’entrée avec le nom de la galerie et un autoportrait de l’artiste, un autre nous regarde aussi malicieusement du coin de l’oeil à travers la vitrine. Pas de mégalomanie ici mais ça nous rappelle juste que le travail deJC Earl est très personnel. Ce safari auquel il nous invite dans cette nouvelle expo est tout à la fois une balade dans la jungle urbaine d’Ivry Sur Seine que des souvenirs d’enfance passés en Afrique avec ses grands parents. De manière générale le travail deJC Earl est très ancré dans l’enfance, preuve en est ce plateau (excellent) transformé en poche de Capri-Sun qui fait référence à tous ses gamins qui dans son quartier jettent leur boisson vide par terre d’un clac jouissif, mais il y aussi cette série de fusils et de pistolets en bois qui nous rappellent nos jeux d’enfants mais aussi ces jeunes en Afrique qu’on arme pour la guerre. Il y a souvent une ambivalence entre un côté ludique, humoristique et une face plus torturée dans les réalisations de l’artiste.

      Pour cette exposition, JC Earl a peu utilisé la céramique, en tout cas beaucoup moins que pour Cera Max #1. Mais ce n’est pas pour autant qu’il y a moins de sculptures. En effet il a cette fois privilégié le bois, comme support pour ses peintures, mais aussi pour certains personnages dont il a découpé les silhouettes dans des planches de medium. De même, il nous avait dévoilé un superbe survet’ Nike à Liège et ici on peut découvrir un tshirt en bois, assemblé de la même manière, en plusieurs morceaux. On remarquera également ces spraycans sculptées dans le bois telles des idoles de l’art africain. En passant une couche de résines sur ses peintures sur bois, l’artiste obtient un aspect brillant, qui nous rappelle celui de la peinture émaillée. Les personnes découpés ou en peinture représentent plusieurs tribus de la jungle urbaine, il y a les Nike, les Reebok,… Et pour ses différents personnages, l’artiste a une fois de plus glisser plein de petits détails qu’on remarque en regardant les oeuvres en détail: des boucles d’oreilles, des bouts de cheveux, quelques petits empiècements en céramique ont été utilisés aussi pour donner du relief aux visages.

      Beaucoup de choses à découvrir donc et on vous invite à découvrir l’ensemble du show en photos, vous y verrez notamment les différentes éditions comme ces petits pots en céramique réalisés à L’Atelier Le Biscuit avec sa compagne (BlaBla Céramique) ou encore ces tshirts Nike au logo crayonné à la main. On n’oubliera pas non plus le catalogue de l’expo fait main, autre idée très chouette et spontanée de JC Earl. L’expo Safari est à présent terminée mais l’artiste revient très vite avec de nouvelles expos qui devraient arriver après la rentrée

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *