Interview: Brendan Monroe – Turning @ Galerie LJ

Brendan Monroe - itw - 3

 

Mardi prochain, le 22 octobre, soit le même jour que l’ouverture de la FIAC, nous aurons la joie de revoir à nouveau le travail de Brendan Monroe de nos propres yeux avec une nouvelle exposition à la Galerie L.J., une exposition intitulée Turning. Nous avons appris que l’artiste ne serait cette fois-ci malheureusement pas présent pour le vernissage, mais nous n’avions pas résisté à lui poser quelques questions à l’avance.

 

French version / US version
 

Bonjour Brendan, nous sommes fans de ton travail depuis des années et nous sommes vraiment heureux d’échanger ces quelques mots avec toi. Commençons avec ton exposition à venir, Turning, qui s’ouvre mardi prochain à la galerie LJ. Qu’allons nous découvrir dans ce show?

 

Il y a une série de nouvelles peintures et aussi de sculptures en bois. Je pense que ça va faire 17 pièces au total. Je me suis aussi un peu lâché sur la couleur dans ces nouveaux travaux, c’est plus libre que d’habitude.

 
Brendan Monroe - itw - 6 Brendan Monroe - itw - 2 Brendan Monroe - itw - 5
 

Ton exposition précédente à la Richard Heller Gallery était intitulée Melting into the Floor et cette exposition parisienne s’appelle Turning. Tu veux définitivement nous parler de mouvement, de changement, avec tes travaux du moment, n’est-ce pas?

 

En effet! Je pense que j’ai toujours essayé de capturer mes sujets dans une sorte de mouvement ou en train de faire quelque-chose. A présent je pense que le mouvement, lent ou rapide, joue un rôle plus important dans l’histoire ou dans l’image. Le mouvement lui-même est devenu un vrai personnage.

 
Es-tu toi-même dans une période de changement?
 

Oui, mais je me suis a peu près toujours senti dans cet état. J’aimerais être constamment en train de changer, de remettre en question mon travail. Je pense que quand ça reste la même chose pendant trop longtemps ça peut devenir un peu ennuyeux. D’un autre côté c’est possible de passer à côté d’éléments très importants si le changement est trop brusque, donc il y a un juste milieu entre les deux mais je pense qu’un mouvement constant dans le travail d’un artiste est une bonne chose.

 
Brendan Monroe - itw - 4

Toujours en parlant de changement, il y a une évolution qu’on remarque dans ton travail ces dernières années. Avant on pouvait y trouver plein de micro-organismes, de cellules, de corpuscules, c’était très organique et inspiré par la biologie. A présent lorsqu’on regarde ton travail on pense à la physique quantique et à l’astrophysique. Tu pourrais nous expliquer cette évolution?

 

En fait, chacun est une manière de regarder et de comprendre la vie. C’est la question que tout être humain se pose, qui sommes nous? Pourquoi sommes nous là? J’aime beaucoup aussi cette émotion, ce sentiment de découverte que je peux avoir, l’idée de résoudre un puzzle que personne n’avait résolu avant. Je prends la direction scientifique, à mon avis, surtout à cause de mon éducation et du fait aussi que j’aime faire mes propres recherches et conclusions.

 

Cette obsession que tu as de toute évidence pour la Nature, pour la Science, d’où cela te vient-il?

 

J’ai probablement toujours appris par l’expérience. Depuis que je suis petit j’ai toujours été proche de la nature et appris d’elle d’une certaine manière. Bien entendu ce n’est pas le seul endroit pour apprendre mais j’aimais le genre de choses qui étaient plus scintifiques. L’anglais et la lecture étaient mes pires matières à l’école.

Brendan Monroe - itw - 16

 

Est-ce que tu lis des magazines de sciences ou des livres. Tu fais un peu de recherche pour ta propre culture ou pour ton art?

 

J’écoute des émissions de sciences à la radio et des audiobooks aussi. Ca semble être le meilleur moyen d’apprendre en ce qui me concerne et si j’ai besoin de référence il y a toujours internet.

 

En parlant de magazines de sciences, tu as récemment réalisé plusieurs illustrations pour différents articles scientifiques et dans de prestigieuses publications à commencer par Nature, le New York Times, The New Yorker. Ces collaborations semblent pour nous une évidence et tu es de plus en plus demandé mais comment ça s’est passé au départ?

 

Et bien je viens de l’illustration à la base, j’étais dans le département illustration à l’Art Center de Pasadena où j’ai étudié. Donc ça aide. Mais j’ai aussi des amis qui m’ont aidé à réaliser que mon travail pouvait être utilisé de manière illustrative sans changer trop de choses jusqu’à devenir quelque-chose qui ne m’aurait pas intéressé. Je suis chanceux aussi d’être tombé sur des gens avec lesquels c’est vraiment un plaisir de bosser et qui m’ont donné à la fois de la confiance et de la liberté quand j’ai eu ces projets. Quand tu es capable de faire à la fois quelque chose qui correspond à ton art et à ce qu’attend l’autre personne ça devient la meilleure des collaborations et ces illustrations sont dans ce cas là.

 

Brendan Monroe - itw - 18

 

Tu as aussi récemment sorti de ton côté deux publications, les comics Islands 1 et 2. Tu vas continuer à explorer le monde de la bande dessinée? Tu aimerais raconter des histoires plus longues peut-être?

 

J’aime vraiment la forme narrative. Mon travail tourne autour d’images qui ont un avant et un après. J’essaie d’inclure dans mes peintures une narration,  mais ce serait tellement de travail de faire ça sous forme de bande dessinée. Pour ces deux comics en noir et blanc, j’ai eu deux nouveaux éléments que je devais explorer et avec lesquels je devais travailler: les contraintes du format et l’histoire plus longue derrière les images. En fait je me dis qu’une bande dessinée pourrait être vraiment ennuyeuse, tout comme la vie normale, puis d’un autre côté ça me semble potentiellement quand même très intéressant. Tu vois, mes histoires (dans Islands 1 et 2) ont fini par être des échappées de la réalité. C’est toujours bon d’explorer de nouvelles formes et domaines et, bien que je n’ai pas prévu de faire de nouveaux comics pendant un moment, je n’ai aucune raison d’avoir peur d’essayer à nouveau.

 

Nous voudrions à présent parler un peu plus de tes sculptures, elles sont tellement incroyables. Quelle est leur place dans ton travail, c’est un extension ou elles constituent quelque-chose de différent? Et as-tu une préférence entre la 3D et la 2D?

 

Je pense qu’il s’agit plus d’une extension. Elles sont liées aux peintures mais bien entendu elles ont leur propre vie. Elles ont été souvent pour moi le moyen de donner la vie à une image ou une créature. Evidemment elles ne sont pas réellement vivantes mais elles existent dans le même espace que nous et non plus dans un espace de représentation plan. Elles se rapprochent ainsi de la vie. Maintenant mes sculptures ont suivi leur propre chemin, il y a un monde de sculptures tout autant qu’il y a un monde de peintures. Je ne sais pas si j’ai une préférence entre les deux, c’est encore trop tôt pour le dire.

 
 Brendan Monroe - itw - 11
 

On a vraiment bien aimé les photos que tu as postées de la réalisation étape par étape de Drip, l’une des sculptures de ta précédente expo. Ou as-tu appris la sculpture sur bois? Au Art Center College of Design où tu as étudié?

 

J’ai commencé en effet à apprendre les techniques au Art Center, ça m’a donné les bases on pourrait dire. En fait avec chaque sculpture il y a beaucoup à apprendre au cours du processus de réalisation. Par exemple pour la sculpture Drip justement, je n’avais jamais travaillé avec ce genre de socle auparavant et aussi tous les blocs de bois devaient s’assembler pour donner la forme du blob. Ce qui arrive souvent c’est que je sais ce que je veux pour la sculpture finale mais je dois expérimenter un peu, essayer des choses pour comprendre le meilleur moyen d’ y arriver, si c’est possible.

 

Certaines de tes sculptures sont faites en bois, d’autres en céramique, d’autres en matières polymères. il y a d’autres matériaux avec lesquels tu aimerais travailler? Le bronze par exemple?

 

Oui bien sûr. J’aimerais en effet beaucoup travailler avec le bronze. J’ai prévu de le faire mais je ne me suis pas imposé de date ou de moment pour l’instant. Le bronze a vraiment une surface aux caractéristiques uniques et j’imagine comment l’utiliser. J’aimerais aussi essayer de faire plus d’éditions multiples de sculpture à partir d’un moule, bien que pour l’instant je réfléchis à la manière dont cela pourrait être fait en céramique. Je pense aussi à la pierre qui pourrait être également un excellent matériau mais à première vue ça me semble très gourmand en temps et en effort.

 

Brendan Monroe - itw - 19

 

Certains de tes fans sont très nostalgiques de tes  »old guys » comme tu les appelle, je veux parler de tes premières sculptures qui avaient plus l’apparence de personnages. A présent, même si certaines ont des formes humanoïdes, elles sont beaucoup plus abstraites. Tendre vers cette abstraction est une évolution naturelle pour l’artiste contemporain, quelle est ton opinion?

 

Je sais, les gens me contactent de temps en temps à ce propos. Je ne sais pas si c’est une progression normale. Il s’avère que j’aime explorer beaucoup de voies pour créer mes oeuvres, différents sujets et différents thèmes aussi. Il se peut que je sois un peu moins intéressé par une chose et un peu plus par une autre. Il fut un temps où je ne voulais pas toucher à la couleur bleu alors que maintenant je suis très à l’aise avec. C’est bizarre de voir comment les choses ont évolué quand je regarde en arrière mais néanmoins, ce n’est pas parce que je ne travaille pas en ce moment sur des oeuvres avec des personnages que ça ne va pas revenir dans le futur. La meilleure raison que je puisse te donner et que je fais ce que mes tripes me disent de faire, et que je fais ce que j’aime faire.

 
Dernière question, quelle serait dans un futur proche ton rêve en tant qu’artiste? Une grande sculpture dans un espace public?
 

Oh ce serait bien ça! Je pense que mon rêve dans un futur proche serait d’avoir un atelier plus grand pour y créer ensuite des oeuvres plus grandes, que ce soit des sculptures ou des peintures. J’aimerais aussi essayer de travailler sur des commandes publiques mais je ne sais pas à quel point ce futur là sera proche, peut-être dans les 5 ans ou plus…. En tout cas j’aimerais beaucoup dessiné un terrain de jeux.

 
Merci pour le temps que tu nous a consacré Brendan.
 

Brendan Monroe – TurningGalerie L.J.
Du 22 octobre au 20 novembre 2013.
Vernissage le 22 ocotobre à partir de 19h
 

12 rue Commines, Paris 75003 France

 

US version:

Brendan Monroe - itw - 2
 

This tuesday, october the 22th, so the same day as the FIAC opening, Brendan Monroe has a new show in Paris, at Galerie L.J. On this special occasion, we asked Brendan if we could share a few words with him about this upcoming show entitled Turning and about his work in general.

 

Hi Brendan, we are fans of your work for years now and we’re really to happy to have a few words with you. Let’s start with your upcoming show at Galerie LJ that will open in paris october the 22th. What can we expect from this show?

 

There is a series of new paintings and wood sculptures. I think a total of 17 pieces. Also color is let a little more loose to run free in the newer work.

 
Brendan Monroe - itw - 1 Brendan Monroe - itw - 7
 

Your last show at Richard Heller Gallery was entitled Melting into the Floor and this new one at Galerie LJ is named Turning. You’re definitively speaking about Motion, about Change with your current artworks, aren’t you?

 

Yes! I think I have always tried to capture the subjects in some kind of motion or act of doing things. Now I think that the motion, slow or fast, plays a more important part in the story or the image. The motion itself has become more of a character.

 
Are you yourself in a period of change?
 

Yes, but I almost always feel like that. I would like to be constantly changing and challenging my work. I think that when it is still for too long it can get a little boring. It’s also possible to skip over very important things by changing too fast, so there is somewhere in the middle that should be right. I think the constant movement in work is a good thing.

 
Brendan Monroe - itw - 0
 

Speaking about change, there’s an evolution we can notice about your work along the last years. It was previously full of micro-organisms, cells, corpuscles, it was very organic and inspired by biology. Now, when I look at your work I think about quantum physics and astronomy. Could you explain us this evolution?

 

Each is a way of looking at and figuring out life. It’s that human question of what and who we are, how we are here. I also like the emotion and feeling of discovery and also the solving of a puzzle that was not known before. I lean in the direction of sciences I think mostly because I was raised that way, and I like to do my own investigations and draw conclusions.

 

Anyway, you have obviously an obsession for nature, for science. Where does it come from?

 

I’ve probably always been a hands on learner. Since I was little I had always been around nature and learned from it in some kind of way. Of course it’s not the only place to learn, but I liked the kind of things that were more calculated. English and reading were always my worst subjects in school.

 
Brendan Monroe - itw - 9
 

Do you read some science magazines, books, do you make some kind of research for your own knowledge of for your art?

 

I listen to some science radio shows and audiobooks. These seem the best way for me to learn and if I need reference, there is always the internet.

 

By the way, you’ve recently done some illustrations for several science articles in prestigious publications starting with Nature, the New York Times, The New Yorker. These collaborations appear obvious for us, and it seemed that you are more an more requested but how it happened first?

 

Oh, well, I came from that illustrative background. I was in the illustration department at Art Center in Pasadena. So that helped, but I also had friends who helped me see that my work could be used in illustrative ways without changing too much and becoming something I wasn’t interested in making. I’m lucky to have found some great people to work with when I get these projects who give me a certain amount of trust and freedom. Those turn out to be the best collaborative projects, when I’m able to make something truly mine work just as well for someone else. I often feel incredibly lucky when that happens.

 

Brendan Monroe - itw - 17

 

About publications, you have recently released the Islands comics 1 & 2. Will you keep exploring the comic world? Do you want to write some longer stories?

 

I really like the narrative form. I gravitate toward the images that have a before and after sequence in them. I try to get some of that in the paintings I make, but then it would be so much work to make those into comics. So the black and white form gave me two new things to work with and explore, the limitations of the material and the longer story behind the images. I actually think that a comic could be really something boring, like normal life and then still be very interesting. My stories have ended up as more departures from reality. It’s always good to try a new material and places for work. Even though I might not plan on doing comics for a long time, there is no reason to be shy about trying it.

 

We would like to talk more about your sculptures now, they are so awesome. What is the place of the sculpture in your work, it’s an extension or something different? Do you have a preference between bidimensional and tridimensional?

 

I think of it like an extension. They are related to the paintings but of course have their own lives as well. It used to be that they were often a way to bring some image or creature to life. Of course they are not alive, but they exist in the same space that we exist and not in the flat representation of space. So, they just come a little closer to being alive. Now they have also branched off more on their own path as well. Now there is more of a world of sculptures just as there is a world of paintings. I don’t know if I have a preference yet, I think it’s too early to tell.

 

Brendan Monroe - itw - 12We really enjoyed your step by step process of the Drip sculpture. How did you learn all these wood carving techniques? During your studies at the Art Center College of Design?

 

I began learning these techniques at Art Center, you could say it gave me a basis. With every sculpture there is actually a lot to learn through the process. For example with the ‘Drip’ sculpture I had not used so much of a base before and it had to be worked out with fitting of all the wood blocks to put together the blobby shape. It often happens that I want something to happen like this in the final piece, but I just have to explore a little and try things along the way to figure out the best ways to achieve it, if it’s possible.

 

Some of these sculptures are made of wood, stoneware, polymer clay. Are there some other material you would like to work with, bronze for example?

 

Yes, Of course. I would actually love to work with bronze. I do plan to get around to trying it, but I have no deadlines or anything like that at the moment. It does have a very unique surface quality that I could imagine using though. I would actually really like to try some more cast multiple sculptures as well, though now I’m thinking of how it might be done with ceramics. I think stone would be a great material as well, but from the outside it seems very time consuming and unforgiving.

 

Brendan Monroe - itw - 10
 
Some of your fans are quite nostalgic of your “old guys”, your earlier sculptures which were more character-based. Getting more abstract is a natural evolution for a contemporary artist, what’s your opinion?

 

I know. People email once in a while about the old work. I don’t know if it’s a normal progression. I find that I like to explore a lot of ways of making work, different content and inspiration too. It might be that I am just a little less interested in one thing and a little more interested in the other. It used to be that I stayed away from the color blue no matter what, now I’m very comfortable with it. It’s odd when I look back how many things can change. Also, just because the character-based work is not what I’m doing so much of now, that doesn’t mean it won’t come back in the future. The best reason I can give you is that I just try to follow my gut and do what I love and make what I love to make.

 

Last question, what would be your short-term dream as an artist, a really big sculpture in a public place?

 

Oh, that would be nice. I think my short term dream is to have a bigger place to work, then to make the bigger work in that place, both sculptural and with paintings. I would like to try and do some public commission work, but I’m not sure how short term that would be. It maybe in the next 5 years or so… I would love to design a playground.

 
Thanks for your time Brendan.
 

Brendan Monroe – TurningGalerie L.J.

October 22, 2013 – November 20, 2013
Opening reception / Tuesday October 22, 2013 / 7pm
 

12 rue Commines, Paris 75003 France
 
All pics courtesy of Brendan Monroe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *