Independent Brussels 2017

      Durant notre périple Bruxellois du weekend dernier, nous ne sommes pas passés que par Art Brussels, d’autres foires et événements avaient lieu en parallèle. Beaucoup nous intéressaient mais comme on a un vrai travail à côté et que toute devait tenir sur une journée il a fallu faire un choix et celui-ci s’est porté sur Independent Brussels. C’est la seconde édition de la version européenne de cette foire  d’art contemporain qui existe depuis 2010 outre-atlantique, à New York. Ici, dans la capitale belge, elle se tenait dans les anciens bâtiments Vanderborght et ses nombreux étages.

      Nous avions fait notre choix à la vue du line-up des exposants, on était sûr de voir certains de nos artistes favoris. En passant juste avant à la Alice Gallery, la patronne nous avait dit que le stand de galerie David Zwirner valait le coup d’oeil et en effet on n’a pas été déçu. Recouvert d’un papier peint inspiré d’un dessin de Marcel Dzama, le stand présentait un ensemble d’oeuvres de l’artiste, accompagné d’autres oeuvres d’artistes représentés par la galerie. Mais c’est bien Marcel Dzama qui menait la danse, les autres pièces de l’accrochage avaient été choisies, placées, de manière à dialoguer avec celles de l’artiste américain, il y avait aussi bien entendu des collabs avec Raymond Pettibon (rappelons que les deux hommes ont exposé à deux reprises en duo dans cette même galerie). On en a pris plein les mirettes avec notamment des sculptures métalliques, des masques pour être plus précis, ainsi que de nombreuses peintures et dessins sur papier. Il y avait aussi une maquette d’un décor de théâtre en bois, juste magnifique, rappelant les différentes performances élaborées par l’artiste ainsi que l’énorme travail réalisé pour le New York City Ballet.

      Outre le stand de la galerie David Zwirner, il y avait d’autres belles choses à voir, on a beaucoup apprécié le solo show de Nathalie Du Pasquier articulé autour d’un ensemble de sculptures et de peintures. Il y avait aussi une performance très fun qui se déroulait sur le stand de la Trampoline Gallery: un individu qui se tenait devant une installation de tableaux blancs prêts pour jouer au pendu faisait devenir des noms d’artistes aux visiteurs, ceux-ci tiraient une question dans une pile, qui leur donnait un indice puis ils devaient trouver le nom en suivant les règles du pendu. La feinte c’est que toutes les questions amenaient à une réponse identique, c’est le nom de l’artiste Vaast Colson que l’on devait trouver, et c’était en fait lui-même qui faisait jouer les gens. C’est sûr qu’on est pas prêt d’oublier son nom à présent. Il y avait beaucoup d’autres choses sympathiques dans cette foire, et monter les étages du bâtiment était finalement loin d’être un chemin de croix, on reviendra l’an prochain et voici une petite sélection en photos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *