Horfée – Hard Comix @ Galerie Celal

     Hard Comix est la seconde exposition personnelle d’Horfée à la galerie Celal. Pour sa deuxième venue, le street artist a ramené plusieurs peintures et dessins issus d’un travail en atelier. On retrouve les sujets de prédilection de l’artiste et toujours une explosion de couleurs et d’objets qui viennent s’agglutiner, s’entrechoquer pour créer de nouvelles formes. Le rendu est très vivant, très énergique. On découvre aussi de nombreux grand formats et force est de constater, à en croire les nombreuses pastilles rouges que l’artiste à une sacré côte de popularité par chez nous.Horfée sait utiliser plusieurs medium, et c’est à la craie grasse qu’il a réalisé cette City Head.       Dans cette exposition, on peut voir des peintures (enfin pour être précis marqueur+peinture) sur support aluminium (comme les deux ci-dessus) et cela rend vraiment très bien, les amalgames boursouflés d’Horfée, grâce à ce contraste prononcé, ressortent de fort belle manière.Un magnifique dyptique, Skull Head’s Mechanics, dans lequels toutes sortes d’objets viennent s’agglutiner pour donner vie à cette grosse tête de mort.      L’une des plus belles peintures de l’exposition, Red Bats, une très belle composition et des toujours des couleurs vives très bien choisies.
      Quand on est graffeur on est forcément obsedé par les trains, ceux d’Horfée sont tout de même un brin étrange.
Alors en fait c’est écrit Fuck the Laws sur la toile du haut. La typo d’Horfée est faite d’objets qui se tordent, au bords de l’explosion et il n’est parfois pas facile de découvrir le message. Dans ses toiles les objets se mélangent et prennent vie comme dans le Fantasia de Wat Disney et les techniques aussi se mélangent, de l’encrage similaire à celui du comics, et des techniques de peinture à la bombe aérosol, certains aplats de couleurs ont les contours effacés alors que d’autres sont soulignés pour mieux créer les volumes.       Dans le petit salon de la galerie Celal sont accrochés de nombreux dessins aux marqueurs, des dessins avec un trait qui rappelle fortement ceux d’Uderzo, Franquin et Gotlib. Peux être que ce ne sont pas des références pour Horfée, en tout cas on ressent une grande influence de la bd, comics qui  accroche tout de suite l’oeil de la génération qui est la mienne.       Sachez aussi que la galerie édite pour l’occasion un petit catalogue format A4 vendu au prix d’une vingtaine d’euros. Après une courte introduction vous pourrez y découvrir des photos des oeuvres de l’exposition, les peintures que vous pourrez, pour certaines, admirer en gros plan mais aussi les dessins. Quelques photos de son travail dans la rue viennent également agrémenter ce catalogue. 

Horfée – Hard Comix jusqu’au 1er décembre à la Galerie Celal.
 

45, RUE ST HONORE – 75001 PARIS

de 14H à 19H du mardi au samedi