Guy Yanai – Barbarian in the Garden @ Praz-Delavallade

      La galerie Praz-Delavallade de Los Angeles accueille pour la première fois Guy Yanai qui vient présenter une nouvelle exposition personnelle. Intitulée Barbarian in the Garden, c’est l’occasion pour l’artiste de dévoiler évidemment de nouvelles peintures mais aussi tout une série de dessins inédits.

      Comme vous pouvez le voir sur les photos, l’accrochage est des plus élégants, le titre de l’expo a été inscrit sur le mur par l’artiste, un groupe de peintures vient prendre place sur un mur jaune citron, et on retrouve le même jaune citron sur les cadres des dessins arrangés en lignes et colonnes. Côté peinture, on retrouve les sujets favoris de l’artiste: des plantes, des intérieurs de maison, d’appartement, et un portrait de George Washington. Chacune de ses peintures évoque des souvenirs, les plantes et les intérieurs sont souvent ceux d’endroits visités lors des nombreux voyages qu’il a effectués enfant ou adulte, les vues de ces intérieurs vides sont ici ceux de son appartement à Tel-Aviv ou d’un hotel à Rayol Canadel Sur Mer. Même le George Washington fait référence à un souvenir d’enfance, il s’inspire d’une fameuse peinture de George Washington à cheval, et il s’en était inspiré pour faire un dessin similaire pour son frère alors qu’il avait 7 ans.

      Le travail de Guy Yanai est donc avant tout un travail sur la mémoire et le titre de l’expo, qui peut paraitre de prime abord assez étrange, est aussi en rapport avec ce sujet. En effet tout comme pour sa précédente exposition Speak, America, le titre de l’exposition Barbarian in the Garden fait de nouveau référence à un livre, ici celui du poète et écrivain polonais Zbigniew Herbert. Zbigniew Herbert a passé son adolescence dans une Pologne occupée par les Nazis puis c’est le régime Stalinien qui a pris le relais. A la fin des années 50 il obtient un passeport qui va lui permettre de visiter la France et plus largement l’Europe de l’ouest. C’est là qu’il écrit une dizaine d’essais, des récits de voyage mais aussi des réflexions sur l’Histoire. Echappée d’une Pologne étouffante, et avide de découvrir le reste de l’Europe,  Zbigniew Herbert s’est efforcé par ses écrits, de tout conserver en mémoire, ses émotions, ses réflexions, comme si ce voyage était potentiellement le dernier.

L’oeuvre de notre artiste israëlien rejoint celle de Zbigniew Herbert dans le sens ou tous deux cherchent à éterniser leurs souvenirs. Guy Yanai peint et dessine trait après trait, comme pour mieux imprimer l’image dans sa mémoire. Toutes ces peintures sont peintes ici avec cette technique particulière qu’utilise Guy Yanai, des coups de pinceau alignés donnant un aspect quasi pixellisé aux toiles, un aspect digital propres aux souvenirs des années 2000 uniquement regardés sur des écrans. Surtout, cette manière de peindre donne aussi, grâce au manque de détail, un caractère universel, qui peut résonner avec les souvenirs de chacun.

      Comme dit plus haut, l’exposition comprend aussi tout un ensemble de dessins, une bonne vingtaine au total. Cela faisait quelque temps que l’artiste n’en avait pas exposés et ça fait très plaisir d’en revoir. A l’instar de ceux qu’il a pu faire auparavant, ils ne sont réalisés qu’avec de petits coups de crayons de couleur et leur rendu est très intéressant, sorte de coloriage évanescent. Parlant de coloriages, cette série fait justement la part belle à l’enfance, avec par exemple de nombreux personnages de dessins animés comme Babar ou les Barbapapa ou encore cette bouteille de Fanta, soda dont raffole les gamins. Sont’ils les propres souvenirs d’enfance de l’artiste ou ceux plus récents passés avec ses enfants, on pourrait se poser la question mais ce qui est le plus important c’est ce que ces images ont à nouveau un caractère universel et qu’elles parlent aussi de notre enfance à nous. Cependant elles n’éveillent pas un sentiment de nostalgie, mais plutôt un sentiment de plaisir, celui d’aller creuser dans notre mémoire afin d’y trouver ces souvenirs heureux quelque peu oubliés.

    All pics courtesy of Guy Yanai & Praz-Delavallade

 

Guy Yanai – Barbarian in the Garden @ Praz-Delavallade

Du 4 novembre au  22 décembre 2017 à Los Angeles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *