George Condo – Entrance to the void @ Sprüth Magers

 Entrance to the void - 2

 

    Il y a peu avait Picasso Mania au grand palais, on vous avouera à demi-mots que l’une des raisons qui nous a poussé à aller voir cette expo était le grand mur recouvert de peintures de George Condo dans la dernière salle. L’artiste américain fait partie de nos artistes favoris et on ne va pas manquer de s’en remettre une bonne dose avec cette nouvelle expo chez Sprüth Magers à Los Angeles. Ca fait maintenant plus de 30 ans que l’artiste collabore avec cette galerie devenue internationale et il propose ici dans leur espace californien une expo composée de nombreuses peintures impressionnantes.

 

Entrance to the void - 4 Entrance to the void - 23

 

      Parmi ces peintures plusieurs grand portraits chaotiques, comme défigurés par une folie cubiste. Comme d’habitude on retrouve ce mélange de références artistiques et pop avec des personnages déchainés qui empruntent leurs traits à ceux des cartoon. Il y également tout une série de peintures dans lesquelles les personnages de Condo se déversent comme une coulée au travers de la toile, pourfendant un fond coloré vide ou venant rompre la géométrie droite et stricte d’une composition de couleurs renvoyant directement à Mondrian. On retrouve  finalement tout le cheminement artistique de l’artiste, son histoire, comme par exemple avec ces deux séries de quadruples portraits qui rappellent le travail de Warhol pour lequel Condo a travaillé à la fin des années 70.

 

Entrance to the void - 19 Entrance to the void - 24

 

      Un autre triptyque frappe aussi par son originalité, Impressions of Goya 1-3. Au travers d’une série de trois toiles très proches, George Condo a revisité une peinture du célèbre peintre espagnol, La comtesse del Carpio, marquise de La Solana. En fait, à partir de 1985, l’artiste américain a passé une dizaine d’année à Paris pour mieux étudier le travail des grands maitres. Il a travaillé notamment aux côtés d’un des copistes certifiés du Louvre, c’est là où il a étudié le tableau de Goya. Dans la reproduction de Condo, la peinture est reconnaissable mais est devenue quasi abstraite, le décor a été peint avec des couleurs uniformes, les contours simplifiées et en ce qui concerne le visage de la comtesse il comme dans une sorte de fusion où par moment il prend des airs de Picasso ou de Munch. On vous laisse apprécier tout ça en photos.

 

Entrance to the void - 1 Entrance to the void - 3 Entrance to the void - 13 Entrance to the void - 21 Entrance to the void - 20 Entrance to the void - 22 Entrance to the void - 17 Entrance to the void - 5 Entrance to the void - 18 Entrance to the void - 16 Entrance to the void - 6 Entrance to the void - 8 Entrance to the void - 9

Installation pics courtesy of Joshua White Photography

 
 
 

George Condo – Entrance to the void @ Sprüth Magers

 

Jusqu’au 11 juin 2016 à Los Angeles

 

 

Ce contenu a été publié dans art par jerem. Mettez-le en favori avec son permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *