EVOL – Unreal Estate @ Jonathan Levine Gallery

Unreal Estate - 12

 

      L’artiste berlinois EVOL revient à la Jonathan Levine Gallery pour présenter une nouvelle exposition intitulée Unreal Estate, sa seconde dans la galerie new-yorkaise. A nouveau l’artiste nous propose toute une série de travaux sur des cartons récupérés tous plus bluffants les uns que les autres. EVOL a une technique hors pair, et à l’aide notamment de pochoirs il arrive à créer des trompe-l’oeil photo-réalistes, on croirait voir des photos des villes qu’il a parcourues.

 

Unreal Estate - 15 EVOL et Jonathan Levine

 

Unreal Estate - 14

SONY DSC

 

      La ville et son évolution, c’est le sujet que traite EVOL dans son oeuvre, et pour cette exposition en particulier il s’est intéressé à ces quartiers en pleine gentrification, où les anciens bâtiments plein d’histoire subissent un lifting les rendant totalement impersonnels et perdant leur âme au passage. Il l’explique ainsi:

 

Society is constantly being pulled into an ever-expanding circuit of consumption. Fast real estate profits in city centers only target an exclusive and wealthy demographic, causing simple housing in traditional working class neighborhoods to also get the « luxury treatment.” These homes are often just dumped in yellow paint and fake wood floors to achieve a certain standard, just enough to multiply the rent. The old dirty fuzz is replaced with something new and shiny, artificial and impersonal. Like a non-place, the traces of existing life, past history and their creators are erased. I see my pieces as portraits of areas within this stage of transition and I search for details and remnants that tell me a neighborhood is still alive. »

 

SONY DSC SONY DSC SONY DSC

 

     On va dire quelques mots supplémentaires sur le le rendu des différentes pièces présentées dans cette expo, on se répète mais c’est justifié, c’est bluffant, impressionnant. Comme par exemple pour Reflexion, où il a peint le reflet déformé d’une vieille façade d’immeuble dans celle recouverte de miroirs d’un bâtiment moderne, on y croirait. Les textures des différentes matières, les ombres, la transparence et les reflets, l’artiste les recrée avec ses seules bombes de peinture et ses pochoirs, EVOL est un maitre de l’illusion. Il a eu aussi une excellente idée, en venant gratter le carton il parvient à créer l’illusion du plancher et des murs arrachés dans sa série d’immeubles coupés. On n’a finalement qu’une seule envie, c’est de voir ça d’un peu plus près, on en avait eu l’occasion lors de l’expo Vues sur murs mais vivement une nouvelle expo près de chez nous.

 

SONY DSC  SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSCSONY DSC SONY DSC SONY DSC All pics courtesy of EVOL & Jonathan Levine

 
 
 
EVOL – Unreal Estate @ Jonathan Levine Gallery
 
Jusqu’au 25 juillet 2015 à New York.

Ce contenu a été publié dans Art par jerem, et marqué avec . Mettez-le en favori avec son permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *