Eric Croes – Le chant des géants @ Vent des Forêts

      Mi juillet dernier, on s’est rendu dans la Meuse, en Lorraine, pour l’inauguration de la cuvée 2017 des oeuvres de Vent des Forêts, on s’était déplacé tout particulièrement pour découvrir celle de l’artiste belge Eric Croes qui s’intitule Le Chant des géants. Vent des Forêts se définit comme un espace rural d’art contemporain, il s’agit en fait de 6 villages qui depuis vingts ans maintenant font venir des artistes en résidence et ce pour réaliser des oeuvres qui viennent prendre place le long de 45km de sentiers libres. Le projet est vraiment très cool: les artistes collaborent avec des artisans locaux, les habitants du coin participent bénévolement et font vivre l’asso, et on a pris beaucoup de plaisir à visiter ce musée à ciel ouvert (on en reparlera). Mais revenons à présent à la participation d’Eric Croes qu’on vous relate en détail ci-dessous

      Eric Croes a fait sa résidence la première quinzaine de juin, dans le village de Lahaymeix. C’est dans ce village qu’a eu lieu l’inauguration des oeuvres (Vent des Forêts fêtait par la même occasion ses 20 ans d’existence) et c’est là aussi qu’allait être installée sa réalisation, le Chant des Géants. L’artiste belge a logé chez l’habitant et a installé son atelier temporaire dans l’arrière cuisine. C’est là qu’il a modelé une quarantaine de nichoirs, destinés à accueillir les oiseaux de passage dans le village. Les oeuvres de Vent des Forêts font écho à la nature locale et avec l’aide d’agents de l’ONF (Office National des Forêts), Eric Croes a décidé de créer toute une série de têtes à la bouche grande ouverte, qui pourraient servir de nichoirs pour les oiseaux.

Pics courtesy of Eric Croes & Vent des Forêts.

      Eric Croes n’as pas chômé, pour achever son travail il a dû créer ses différents personnages au rythme de 4 par jour. Heureusement, il a beaucoup d’imagination et les différents nichoirs s’inspirent de créatures diverses, puisant dans son univers très riche. Certaines de ses créatures sont mythologiques come ces cyclopes et cette sirène, d’autres sont folkloriques, on retrouve aussi des autoportraits, les bonhommes de neige et il y aussi tout une série d’objets animés, des cabanes, des grosses cacahuètes, des bouteilles et même un grand bouchon de champagne, hommage à la culture viticole de la région. On retrouve avec beaucoup de plaisir cette patte enfantine et cet humour propre au travail de l’artiste.

Pics by Clément Charbonnier, courtesy of Eric Croes & Vent des Forêts.

      Ce n’est que quelques jours avant l’inauguration qu’Eric Croes est venu terminer son oeuvre. Ses différentes sculptures étaient restées sécher dans son atelier temporaire et il fallait à présent les cuire. Contrairement à ses réalisations habituelles, elles sont restées brutes et pour la cuisson ce n’est pas le four classique qui a été utilisé non plus. En effet, pour cuire le Chant des GéantsEric Croes a utilisé un four à papier, c’est une technique ancestrale dans laquelle les céramiques viennent s’empiler dans des cagettes posées sur une grille, elle-même posée sur des briques réfractaires. Puis le four est modelé autour de l’empilement, à l’aide de papier enduit d’argile. On peut voir sur les photos ci-dessus Eric Croes en train de confectionner son four en compagnie d’amis qui s’étaient déplacés pour l’occasion. Comme vous pourrez le constater, il s’est même amusé à lui donner la forme d’un personnage.

      Au bout d’une dizaine d’heures, le four s’auto-détruit. On pourrait imaginer qu’il y ait beaucoup de casse, mais en fait les différentes sculptures tombent tout doucement, glissant petit à petit les unes sur les autres. La cuisson en elle-même est un vrai spectacle, on ne pouvait pas passer l’après-midi à attendre que le four s’enflamme mais quelques photos ont capturé ce moment assez magique. Cependant, il faudra attendre encore toute la nuit pour venir les recueillir, encore très chaudes au milieu des cendres.

Pics by Clément Charbonnier, courtesy of Eric Croes & Vent des Forêts.

      Le lendemain matin, Eric Croes est venu voir le résultat de la cuisson, récupérer ses différents nichoirs, pour ensuite les nettoyer à la brosse et constater avec joie que pratiquement toutes sont sorties indemnes du four. Au cours du processus de cuisson, le carbone est venu teinter de noir, totalement ou en partie, certaines des sculptures, rajoutant un peu plus de surprise à ce nettoyage matinal.

 

      On a découvert également d’autres sculptures au milieu du tas de cendres: plusieurs enfants étaient passés par l’atelier de l’artiste et se sont amusés à réaliser quelques objets en céramique, il y avait plein de réalisations assez funs dans le lot: un petit terrain de foot, un sabre, l’étoile noire de Star Wars,… C’est ce qu’on a aimé aussi avec Vent des Forêts, c’est cette ambiance des petits villages où tout le monde se connait et met la main à la pâte pour faire vivre le projet.

 

      Durant le vernissage des oeuvres 2017 du Vent des Forêts, des ballades étaient organisées pour aller voir les nouveautés sur les différents sentiers, les nichoirs d’Eric Croes, tout juste cuits, étaient quand à eux disposés dans le jardin, près des cendres du four.

Certains aussi semblaient plutôt vouloir rester à jamais dans le jardin.

      Ce n’est qu’après le weekend que le Chant des Géants a été installé sur le mur d’une grande bâtisse du village de Lahaymeix, les différents nichoirs prenant place les uns à côté des autres près à accueillir leur hôtes. Voici quelques photos de l’installation finale, elle fait partie à présent du Vent des Forêts, et vous pourrez donc allez la voir tout l’année, pourquoi pas en suivant l’un des circuits proposés.

Pics by Clément Charbonnier, courtesy of Eric Croes & Vent des Forêts.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *