Elzo Durt – Colors & Glory @ Agnès B. Galerie du Jour

      Prolongée jusqu’au 24 juin dernier, l’exposition Colors & Glory présentait à la Galerie du Jour une rétrospective très riche du travail d’Elzo Durt de ces 15 dernières années. Accompagnée de quelques pièces inédites, cette sélection de travaux se retrouve également dans une monographie intitulée Complete Works et qui sortait en parallèle chez Born Bad Records.

      Elzo Durt, artiste belge passionné de musique, est le graphiste attitré du labelBorn Bad Records. Il a réalisé pour eux de nombreuses pochettes de disques et autres posters. Le style de l’artiste est immédiatement reconnaissable notamment par une utilisation d’une de couleurs débridée, psychédélique et criarde. Le travail d’Elzo Durt se caractérise aussi par des influences multiples et très éclectiques: les bandes dessinées de Métal Hurlant côtoient le comic underground américain de Crumb mais on retrouve aussi des références aux gravures plus anciennes de Dürer ou aux peintures de Bosch, l’imagerie des mouvements musicaux est présente aussi, psychédélisme des posters des années 60s, images tirées plutôt des graphzines post-punk, le mélange des genres reflète aussi celui des goûts musicaux de l’artiste qui affectionne tout aussi le punk, le rock, la cold wave ou même les musiques plus électroniques. Le travail d’Elzo Durt est donc forcément un grand sampling visuel, dans lequel on retrouve aussi tout un tas de têtes connues, là aussi ça va chercher dans tous les sens que ce soit dans l’imaginaire ou le réel, avec des personnages comme Spock, Ben Laden ou encore Johnny Hallyday.

      L’exposition Colors & Glory était vraiment un bel événement, qui permettait d’apprécier toute l’étendue du travail de l’artiste. Face à ses oeuvres on a eu une réaction entre le rejet et la fascination, à la fois dérangeantes pour l’oeil et le cerveau mais aussi totalement addictives. Niveau budget sachez d’ailleurs que c’est totalement abordable, il s’agit ici uniquement de digigraphies, édités à une poignée d’exemplaires et vendues à des prix allant de 500 à 800 euros pour les plus grandes, le rendu en vrai est top. La monographie Complete Works quand à elle est tirée à 1500 exemplaires, un gros bébé de 312 pages format 215 x 305 mm, elle est vendue à la galerie mais aussi sur le shop en ligne de Born Bad Records au prix de 40€. On vous en a mis une vidéo du bouquin ci-dessous ainsi que toute une série de photos de l’expo pour ceux qui l’auraient manquée.



 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *