Eddie Martinez – Ants at a Picknic @ Davis Museum

      Cette fin d’année, l’artiste américain Eddie Martinez expose pour la première fois au musée, pour la première et pour la seconde fois aussi car en fait il présente deux shows en parallèle, le premier au Davis Museum du Wellesley College et le second au Drawing Center de New York. On s’intéresse ici au premier, un show qui s’intitule Ants at a Picknic.

      Pour cette première exposition muséale, Eddie Martinez a élaboré un accrochage en deux parties, un premier gros morceau dans la grande salle où l’on peut découvrir une série inédites de 7 grandes peintures et une autre partie dans la salle annexe où les visiteurs peuvent apprécier un groupe d’oeuvres de plus petite taille, montrant une autre partie de son travail.

      Disons le tout de suite, la série de peintures est vraiment superbe, il s’agit d’une série de Mandala, comme celui avait pu montré par exemple dans sa dernière exposition à la Timothy Taylor Gallery. Comme souvent pour ces grands formats, il part d’un petit dessin, qu’il vient poser en grand par sérigraphie sur la toile et c’est sur cette base, comme un squelette, qu’il se met à peindre. Dans cette interview accordée au magazine Forbes on en apprend un peu plus sur l’origine de ces mandalas. C’est en fait un de ses assistants qui est retombé sur des dessins datant de 2005, comme celui-ci dessous intitulé Spirit Duder (l’image est tirée du catalogue de l’expo).

      Eddie Martinez a pendant un certain moment peint des natures mortes, de grandes tables sur lesquelles étaient disséminés tout un tas d’objet. Ici tous ces éléments, les objets, les formes qui constituent son langage artistique se retrouvent cette fois au coeur des mandalas qui jouent le rôle de container. Pour faire un parallèle avec les vrais mandala, le musée a fait venir des moines du Namgyal Monastery Institute of Buddhist Studies d’Ithaca, Ils ont réalisé un mandala du Bouddha de médecine avec du sable coloré, un travail qui leur a pris plusieurs semaines et qui a disparu en quelques secondes lors d’une cérémonie de dissolution. Vous pouvez voir la création et la dissolution de ce mandala dans la vidéo accélérée ci-dessous.


      Dans l’autre salle, le musée et Eddie Martinez ont concocté pour l’accrochage une sélection d’oeuvres sur papier, de grands dessins, et il ont disposé également tout un groupe de sculptures en bronze, comme celles que nous vous avions montrées l’an passé ici. Pour rappel, l’artiste crée au départ ses sculptures avec tout un tas d’objets récupérés qu’il assemble de manière rudimentaire puis il réalise un moule afin de les transformer en sculptures en bronze qu’il vient par la suite peindre. Pour ceux qui ne connaissent pas son travail cette exposition permet d’avoir un aperçu des différentes pratiques de l’artiste, ceux qui suivent déjà son travail depuis longtemps seront probablement conquis par ces nouveaux mandalas. pour info, le Davis Museum a édité un beau catalogue, dans lequel on peut voir notamment des reproductions des 7 mandalas, pleine page puis en détail, on y trouve aussi deux essais ainsi que quelques pages consacrées aux sculptures, la couverture est constituée d’un poster plié et al reliure est japonaise, on vous en donne un aperçu en vidéo.

     On vous parlera dans un autre article de l’autre expo de l’artiste au Drawing Center, consacrée tout naturellement à ses dessins, en attendant on conclue ici avec une dernière série de photos.

All pics courtesy of Eddie Martinez and The Davis Museum

 

Eddie Martinez – Ants at a Picknic @ Davis Museum

du 19 septembre au 17 décembre 2017 à Wellesley

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *