Do not think @ La Condition Publique

Do not think - 24
 

Vous avez encore jusque fin de cette semaine pour aller voir l’exposition Do Not Think à la Condition Publique de Roubaix. Il s’agit d’un exposition itinérante née lors d’une résidence d’artistes à Berlin, des artistes qui ont été invités à explorer la culture skate. Depuis, l’exposition a voyagé: elle est passé à Wroclaw, à Milan pour faire une étape en ce moment à Roubaix dans le nord de la France. Pour vous prévenir de suite sachez que dimanche est organisé un finissage durant lequel différents artistes viendront peindre sur les containers de l’expo comme cela a déjà été pour les éditions précédentes. Donc regardez bien une dernière fois ces containers qui trônent devant la Condition Publique avant que Mikostic, Isham et Yeah8 Pro ne s’y attaquent dimanche dès 16h.

 
Do not think - 25 Do not think - 22

 

C’est la fondation d’Art Oxylane (du groupe du même nom, Decathlon etc..) qui a supporté le projet et en plus ,pour ne pas s’arrêter là, à chaque étape, une sculpture skateable a été conçue dans le lieu d’accueil. Durant l’exposition la rampe accueille une compétition pour ensuite être donnée à terme à la ville, joli cadeau. Voici quelques photos de la sculpture/rampe réalisée à la Condition Publique, petite originalité propre au lieu, la rampe a été construite le long du couloir de l’accueil qui est entièrement vitré, ainsi les spectateurs peuvent regarder les sportifs évoluer comme au travers d’un aquarium.

 
Do not think - 0  Do not think - 2 Do not think - 3

Pics courtesy of fondation d’Art Oxylane

 

Faisons à présent un petit tour des oeuvres présentes dans l’exposition en commençant par le travail au bic 4 couleurs de Jacques Floret. Pour la série Trick 1-50, l’artiste a réalisé cinquante fois le même dessin, un travail assez impressionnant qui nous montre la même figure répétée inlassablement. Jacques Floret nous parle de cette endurance mentale que doit avoir le skateur pour progresser, il en a d’ailleurs fait lui-même l’expérience au travers de cette oeuvre imposante car il a mis près de 2 mois pour décalquer, dessiner et colorier les 50 exemplaires de la série.

 
Do not think - 9 Do not think - 4

 

Avec le triptyque de dessins ci-dessous, toujours réalisés avec la même technique et le même outil, Jacques Floret met l’accent sur les blessures du skateur, qui font partie intégrantes du jeu. En lisant l’interview de l’artiste dans le Let’s Motiv de ce mois-ci on apprend que c’est son neveu qui exhibe ici sa cicatrice telle une blessure de guerre.

 
Do not think - 16 Do not think - 15
 

Un peu plus loin, on découvre le surprenant travail de Dave The Chimp, surprenant car l’artiste nous dévoile ici de nouvelles facettes de son talent et de sa personnalité qu’on ne connaissait pas. Déjà on va préciser que la sculpture skateable qu’on vous a montrée auparavant, ainsi que celles des éditions précédentes, ont été dessinées par ses soins. D’ailleurs le collage de photographies ci-dessous prend la forme de celle réalisée à Berlin, qui était pour le coup un bowl en bêton représentant un père enlassant son fils, les photos sont en fait celles de la fabrication collective de cette sculpture.

 
Do not think - 11
 

On continue avec Dave The Chimp le sculpteur avec cette série de 5 boards en bois qui perdent ici leur fonction primaire pour devenir de vrais objets d’art (rappelons que Dave The Chimp travaille souvent comme designer de board commerciales).

 
Do not think - 20

 

Enfin on retrouve Dave The Chimp crayon à la main cette fois avec ce magnifique mur de dessins à l’encre sur papier. L’artiste fait d’habitude plutôt dans l’humour mais ici on suit le journal de ses pensées intimes tout au long d’un ride effréné où son esprit se libère. Les dessins sont vraiment très réussis, avec quelques traits simples il insuffle un maximum d’énergie à ses dessins, le personnage est certes figé dans l’action mais le mouvement est vraiment bien ressenti. On est emmené dans le parcours de l’artiste et on saute d’une pensée à l’autre au rythme des figures.

 
Do not think - 6 Do not think - 7 Do not think - 13 Do not think - 12 Do not think - 8

 

Un autre artiste a réalisé une sculpture, c’est The Wa, qui présente le skate en métal ci-dessous. Oui un skate sculpté dans une exposition consacrée au skate c’est un peu facile non? Sauf que ce skate est réalisé  à partir d’un assemblage d’éléments urbains censés empêcher la pratique du skate sur certaines surfaces de la ville. Celui-ci ne peut évidemment pas rouler et rappelle à tous que la pratique du skate en ville est rarement favorisé voir même parfois interdite.

 
Do not think - 21
 

Dans la suite de l’exposition, les autres artistes continuent d’explorer le sujet via différentes disciplines. Il y a tout d’abord des photographies pour Christian Roth et Brad Downey qui est venu aussi avec une performance en vidéo et son vélo qui laisse des traces pour nous questionner sur nos préjugés par rapport au skate. Andrea Belfi sollicite nos oreilles avec sa pièce sonore qui utilise les bruits du skate. Enfin on explore des installations vidéos et photos de Matthias Leinke et Mischa Wermkauf, des oeuvre qui s’intéressent au corps en mouvement tout en nous invitant à bouger notre propre corps. Bon tout ceci est un peu difficile à décrire en photos (d’autant plus qu’ils sont radins en lumière à la Condition Publique) mais de toute manière ce sont plus des oeuvres à expérimenter qu’à voir.

 

Do not think - 17 Do not think - 14 Do not think - 18

 

On ne s’ennuie donc pas dans Do Not Think, c’est très varié et si vous prenez le temps de lire le guide du visiteur vous trouverez toutes les oeuvres dignes d’intérêt, les artistes ont bien bosser le sujet. On peut même se faire une petite séance de rampe et participer activement à l’exposition si on a embarqué sa planche à roulette. Néanmoins les seuls petits regrets sont que c’est un peu trop court à mon goût, on en redemande, et aussi c’est un peu trop focalisé sur la pratique du skate en elle-même et moins à ce melting-pot de culture graphique et musical qui gravite autour et en fait partie intégrante. Mais on fait la fine bouche et vous encourage à faire le déplacement en vous rappelant une dernière fois que dimanche 24 novembre entre 16h et 18H c’est le finissage avec peinture en live sur les containers de l’expo.

 
Do not think - 3

Une réflexion au sujet de « Do not think @ La Condition Publique »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *