David Shrigley vs Jonathan Monk @ Yvon Lambert Bookshop

      David Shrigley et Jonathan Monk sont de bons amis. Tous deux britanniques, leur amitié a débuté à la fin des années 80 alors qu’ils étaient tous deux étudiants à la Glasgow School of Art. Si le premier demeure et travaille toujours à Glasgow, en revanche c’est à Berlin que Jonathan Monk poursuit son travail. La galerie Yvon Lambert, point de chute régulier pour les travaux des deux artistes, a proposé à ces derniers de se réunir le temps de quelques jours pour proposer une installation dans la petite salle d’expo de sa librairie. Le résultat de ses retrouvailles parisiennes? Un face à face d’aquarelles en  36 portraits.

      Postée sur le compte facebook de la librairie, cette photo montrait les deux artistes en pleine préparation, et on se demandait ce qu’on allait pouvoir découvrir derrière ce poteau. Finalement la paire d’artistes a décidé de se dresser mutuellement le portrait, l’un en face de l’autre sur une constellation de feuilles de papier format A4. Tenues par des cables au milieu de la salle, les supports permettaient par transparence de distinguer une part du visage de l’autre, point de départ pour laisser libre cours à leur expression.

       Afin de bien apprécier ces portraits voici les deux artistes qui prennent la pose: en haut David Shrigley devant l’entrée de sa dernière exposition, How are you feeling? qui se déroule actuellemment au Cornehouse de Manchester (un centre d’art visuel). En bas Jonathan Monk, sa barbe de 3 jours, ses lunettes et les toiles qu’il avait réalisées pour installation à la galerie Nicolai Wallner en 2007 (oui la photo date un peu mais seule sa coupe de barbe a  changée  entre temps).

      S’ils sont amis depuis leurs années en école d’art, les deux hommes ont emprunté des chemins différents et leur travail en gallerie comme ces portraits qui sont pour eux un exercice inhabituel (même si David Shrigley réalise parfois des peintures sur ce format papier) ont des styles vraiment différents. Cependant si la forme présente une opposition de style, nul doute que leur objectif était commun, cerner leur acolyte dans les moindres détails de ses expressions, de ses pensées au travers de ce dialogue à l’aquarelle.

      Pour remercier la galerie de les avoir acceuillis pour ce petit moment de détente entre amis, David Shrigley leur a offert un antivol à a façon.

      En revanche cette petite expo est finie depuis début octobre (oui on est un peu en retard dans nos posts) mais pour nous faire pardonner vous trouverez d’autres photos dans la galerie ci-dessous.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *