Cleon Peterson – Victory @ Galerie Du Jour Agnès B.


 
      Un peu plus d’un an après une première incursion à la Galerie du Jour, l’artiste américain Cleon Peterson revient à Paris montrer ses dernières oeuvres. Lors de sa précédente expo dans la galerie d’Agnes B., nous étions restés un peu sur notre faim: l’artiste n’avait eu droit qu’à un espace réduit, et on espérait le voir un jour occuper la grand galerie. Et bien c’est désormais chose faite et croyez nous cette nouvelle exposition intitulée Victory est dantesque.

   
 
Il faut vous avouer qu’on ne s’attendait pas à quelque chose d’aussi impressionnant. Après avoir vu quelques visuels dans le dossier de presse, on jouait déjà les rabat-joies en se disant que l’artiste ne viendrait présenter que quelques toiles grand format mais on a eu une sacrée surprise en découvrant le show. Sans nous tromper, on peut dire qu’il s’agit là de son exposition la plus conséquente à ce jour. Après sa fresque au Palais de Tokyo et sa grande peinture sous la Tour Eiffel réalisée pour la dernière Nuit Blanche, on peut dire que Paris est gâtée en Cleon Peterson. Et ce n’était pas gagné, car on avait lu ici que l’artiste avait du annuler l’an passé un projet d’expo suite aux attentats, trop de violence dans ses oeuvres du coup on s’était demandé si une nouvelle exposition dans la capitale, et avec ses thématiques habituelles, était possible dans un futur proche. Pourtant l’artiste présente un travail on ne peut plus pertinent, qui nous parle de notre temps, reflet du contexte actuel où la guerre mondialisée occupe tous les esprits. Pour ce show en particulier l’artiste traite de la victoire, celle d’hommes sur d’autres hommes et de ce plaisir malsain qui ressort de cette domination. Cleon Peterson en parle en ces termes:

Cette exposition explore les triomphes hédonistes de ceux qui se reconnaissent comme victorieux dans le miroir du cours de l’histoire. Leur accession au plaisir dépend de leur projection de douleur sur le vaincu, ou l’expression courante du plaisir que l’on tire du malheur des autres. Alors que les vainqueurs font étalage de leur arrogance et remportent leurs trophées, les perdants sont considérés comme insignifiants et marginalisés. L’exposition VICTORY raconte la victoire d’un homme sur un autre, à quoi ressemble cette victoire, et les effets qu’elle exerce sur les perdants.


 
      A nouveau on est fasciné par ces personnages noirs et blancs qui s’affrontent, dans une lutte intemporelle. Ces combats, ces images de guerre, pourraient tout aussi bien se situer durant l’antiquité quand dans un monde post apocalyptique futuriste, preuve que cette violence perdure dans l’Histoire qui n’est malheureusement qu’un éternel recommencement. En ce qui concerne les oeuvres sur toiles qu’on peut découvrir à la Galerie du Jour, l’artiste a réutilisé la même technique que pour l’expo The Judgement, il a peint en réserve sur la toile brute. La manière de peindre de l’artiste découle de nombreuses années à travailler la sérigraphie, notamment avec Shepard Fairey, et ici sur la couleur sable de la toile brute il vient appliquer les décors et personnages couleur noir et blanc à la main mais un peu comme s’il passait des couches de couleur. Ainsi certains personnages sont couleur sable avec les traits réalisés au pinceau, pour d’autres c’est l’inverse les traits sont des parties laissées brut. Au final le rendu est aussi propre et contrasté qu’avec la technique employée pour ses éditions. Et ces peintures sont très nombreuses: petits formats, grands formats carrés, tondos de taille moyenne et tondos de taille imposante et surtout on restera bouche-bée devant deux grandes toiles monumentales de plusieurs mètres de large qui ont des allures de fresques antiques. Vous pouvez vous rendre compte de l’échelle sur nos photos mais c’est à voir absolument en vrai: vous vous sentirez très petit d’un coup.

Mis à part l’ampleur de l’accrochage et les toiles monumentales, Victory reserve encore d’autres surprises. Tout d’abord Cleon Peterson a peint sur un support inédit, à l’instar d’un Kaws ou d’un Wesselmann,  il a utilisé des silhouettes de personnages. Celles-ci sont découpées dans du bois et ces nouvelles réalisations donnent un relief inédit à son travail. On ne peut s’empêcher à présent d’imaginer son travail transposé sur des sculptures en bas-relief, d’ailleurs il y avait de nouvelles sculptures dévoilées dans cette exposition et belle nouveauté, elles sont en marbre. C’est à nouveau avec Case Studyo qu’a collaboré l’artiste pour la réalisation de ses nouvelles oeuvres en volume. Les deux sculptures en question sont de bonne taille et reprennent celles de The Judgement et de Balance of Power. Cependant les traits des personnages semblent légèrement différents, le socle aussi est plus travaillé avec l’apparition de rochers, elles adoptent en fait un style plus antique qui n’est pas pour nous déplaire et la texture du marbre est juste magnifique. Ce n’est pas trop s’avancer que de dire que le studio gantois devrait proposer un traitement similaire à d’autres artistes, on attend ça avec impatience.  Et pour revenir aux sculptures de Cleon Peterson, encore une fois on se prend à rêver à des statues gigantesques qui viendraient prendre place dans l’espace public, nul doute que ça viendra un jour, mais reste à voir dans quel contexte.

Comme vous l’avez compris si vous passez sur Paris d’ici le 18 février, courrez voir l’expo. A noter qu’une sérigraphie tirée à en 100 exemplaires, numérotés et signés, a été éditée pour l’occasion avec un papier couleur sable, pour rappeler les toiles de l’exposition et si vous jamais ça reste trop cher pur vous et bien penser à repartir avec un flyer, ils sont très jolis encadrés.

 

 
 

Cleon Peterson – Victory @ Galerie du Jour Agnès B.

Jusqu’au 18 février 2017

Au 44 rue quincampoix à  Paris, du mardi au samedi de 11h à 19h

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *