Cera Max 1 @ Galerie Central

      Du 19 mai au 3 juin, la Galerie Central présente une exposition collective dédiée à la céramique intitulée Cera Max1.  Cet espace d’exposition est situé à liège, dans les locaux de la Centrale des Art Urbains, un lieu dédié comme son nom l’indique aux cultures urbaines animé par l’association Spray Can Arts. Dans les membre de l’asso, il y a Mon Colonel qui et comme invité/curateur de l’exposition on retrouve Julien « Earl » Cadou. Tiens donc,  ça ne vous rappelle rien tout ça?

      En effet, l’an passé, nous avions fait le recap de l’exposition One Pot Cooking de Mon Colonel & Spit. Nous avions adoré cette expo consacrée à la céramique, le duo avait présenté toute une série de vases et assiettes peints par leurs soins mais ils avaient aussi accueilli les sculptures d’autres artistes, notamment les travaux de l’Atelier Le Biscuit avec à sa tête JC Earl. Avec l’exposition Cera Max 1, Mon Colonel et JC Earl ont organisé une nouvelle rencontre franco-belge autour de la céramique et comme pour One Pot Cooking on a été ravi de faire le déplacement du côté de la Belgique.

        Avant toute chose, parlons des grands absents: le duo Mon Colonel & Spit. Les deux hommes se réservent pour la prochaine expo au MIMA, Art Is Comic, une expo qui va réunir une très chouette selection d’artistes (on en reparlera, jetez un oeil au flyer ici) et qui va débuter fin juin. Ils y présenteront des dizaines de nouvelles oeuvres et sont en train de travailler d’arrache pied pour mettre la touche finale à leur installation. Du coup ils sont tout pardonnés et on se donne rendez vous au vernissage, fin juin, pour découvrir tout ça. De son côté l’Atelier Le Biscuit est venu avec une belle équipe, constituée d’artistes issus eux aussi des cultures urbaines, souvent le graffiti, et qui se sont mis à la céramique plus ou moins récemment.  De leur côté, Mon Colonel et la Galerie Central complète le line-up avec une sélection d’artistes belges dont une partie du travail est aussi consacrée à la céramique. Au final, sont présents pour ce Cera Max 1 les artistes suivants: JC Earl,2Shy, Sexy, Clife Burns, Noe Nadaud, Bus, Matthieu Duringer, Paul Loubet, Etien & Carot et Loys Chance

        L’espace de la Galerie Central est relativement grand, et les différents artistes ne sont pas venus  avec juste une poignée de céramiques: chacun a eu pas mal de place pour s’exprimer et ils en ont tous profité pour présenter de vraies installations ou mini solo shows, tant mieux ça permet de mieux s’imprégner de leur travail. Certains présentent uniquement des sculptures d’autres y mêlent aussi des peintures, ou travaux sur papier, mais tous se sont vraiment emparés de la céramique pour développer une oeuvre cohérente et pas juste dire de faire quelque chose en volume. L’ensemble de l’exposition est très variée, il y a beaucoup de surprises, des choses étonnantes. Aussi même si la céramique a ce passif de medium noble, les différents artistes présents ici ont réussi à y insuffler toutes leurs influences, l’énergie et la spontanéité des cultures urbaines pour vraiment s’approprier cette technique.

     Bon comme il y a énormément d’oeuvres présentées, on ne dira quelques mots à chaque fois sur les artistes et on vous laissera apprécier les photos ou mieux, si vous pouvez faire le déplacement jusque Liège, allez voir le show en vrai. A tout seigneur tout honneur on démarre avec JC Earl. Il est venu avec toute une série de nouveaux personnages complètement fous, grotesques, cartoonesques, extrêmement expressifs qui se nourrissent de toutes ses influences. L’artiste parisien montre aussi quelques peintures comme on avait pu voir lors de l’expo Swiss Chocolate, mais aussi des peintures aux allures d’enseignes africaines (plusieurs artistes en ont réalisé pour cette expo), ça nous renvoie évidemment au travail d’Hervé Di Rosa, dont JC Earl pourrait être l’un des dignes héritiers. Aux côtés de ces personnages, on peut découvrir différentes objets: une air max posée sur sa boîte, qui à fait l’affiche de l’expo, mais aussi ces spray cans qui s’arrachent comme des petits pains, des cartouches de cigarettes et un survet Nike Vintage de folie, avec son petit patch Atelier Le Biscuit. A l’instar d’artistes comme Rose Eken, JC Earl recrée ici en céramique des objets du quotidien, une manière de figer dans le temps certaines icônes de de la pop culture, avec toujours sa propre sensibilité qui se traduit par une sculpture à mi-chemin entre le réalisme et la bd, le cartoon. N’oublions pas non plus les différents clins d’oeil à la Belgique avec ce buste de TinTin et surtout ce Manneken-Pis Lapinozore. Pour l’anecdote, lors du vernissage l’eau de la fontaine avait été remplacée par un fameux liquide jaune anisé dont les effluves étaient encore bien présentes le lendemain dans la galerie. Autre petite chose très sympa, dans cette étagère de sculptures, JC Earl a glissé une sculpture réalisée par son fils, elle était à vendre pour le prix de deux grandes boites de LEGO.

 

      Ci-dessous, vous pouvez découvrir l’installation de Paul Loubet. Tel un tapis de jeu, les différentes petits sculptures de l’artiste viennent prendre place sur un décor en feutrine. C’est un peu comme si l’artiste avait posé une de ses peintures à plat et que tous les différents éléments étaient ressortis de la toile, en relief. Dans la même veine, assez ludique, Paul Loubet a accroché, sur le mur derrière, de petites peintures sur bois, qui s’apparentent à des dominos.

            2Shy quand à lui est venu avec une étagère complète de nouvelles céramiques toujours très colorées. Dans la continuité de ce qu’il avait montré à One Pot Cooking, on peut y voir de nouveaux vases, des sculptures inspirées de ses labyrinthes géométriques et chaotiques et des Timidinos qui jouent à cache cache.

      Le marseillais Sexy présente lui aussi un univers coloré, comique mais à tendance plus gothique avec des bougies et des squelettes qui prennent la forme de vase ou de reliquaire.

 

      Clife Burns avait préparé une installation vraiment très riche, reprenant tous les éléments du lot World cet univers qu’il développe habituellement en peinture sur les murs des rues ou sur toile. En forme d’autoportrait à la pose shaekspearienne, un grand personnage tient dans sa main l’une des Wallace Bros, ces personnes tout ronds avec lesquels l’artiste s’amuse dans ses compositions. Plus for encore le personnage prend place au milieu d’une caisse en bois qui est en fait atelier reconstitué en miniature avec ses murs, son papier peint, ses toiles et ses sculptures. D’autres sculptures, toujours mettant en scène les Wallace Bros, prennent place sur de petites étagère en dessous de quelques peintures, taille réelle cette fois-ci.

Juste à côté Noé Nadaud présente une installation mêlant sculptures et vidéo sur le thème de la chasse. L’artiste s’était déjà attaqué à une autre sujet populaire et violent avec un Déliciarum, bouquin photo sur les ultras du Parc des Princes.

 

      Bus qui a récemment exposé au Module à Paris et qu’on avait u voir aussi lors de One Pot Cooking présente de nouvelles oeuvres dans lesquelles il utilise des ballons de basket. Des ballons de basket réalisés en céramique qui sont crevés, dégonflés, dont la marque a été remplacée par d’autres mots. Certains de ces ballons en céramique se retrouvent aussi associés sous forme de totems multicolores. Ces sculptures sont visuellement très réussies, faisant vraiment bien ressentir ce sentiment d’échec, de fatigue. Mais l’artiste utilise aussi ces ballons comme motifs pour des compositions cette fois plus graphiques qu’il peint sur papier.

On termine rapidement avec dans l’ordre les peintures en relief et les gravures, avec du relief aussi, de Matthieu Duringer, les sculptures et dessins respectivement de Etien et Carot (pour la petite histoire, Etien avait commencé secrètement à porter en volume les dessins de Carot, depuis ils collaborent ensemble), enfin les petits sacs plastiques et les peintures à la gouache sur papier sont signés Loys Chance, qui lui aussi comme beaucoup dans cette expo, utilise la céramique pour parler de thèmes populaires.

      On vous rappelle que Cera Max 1 est encore visible cette semaine jusqu’au 3 juin et pour garder une trace de cette chouette exposition, on conclut avec une dernière fournée d’images.

   

Cera Max 1  @ Galerie Central

Jusqu’au 3 juin 2017 à Liège (Belgique)

JC Earl,2Shy, Sexy, Clife Burns, Noe Nadaud, Bus, Matthieu Duringer, Paul Loubet, Etien & Carot et Loys Chance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *