Calvin Marcus – Were Good Men @ C L E A R I N G

calvin-marcus-were-good-men-9

      Nous ne connaissions pas l’artiste californien Calvin Marcus mais nous sommes tombés sur des images de sa nouvelle exposition à la galerie C L E A R I N G de new York et il fallait absolument qu’on les partage avec vous. Intitulée Were Good Men, le solo show est une immense installation composée de grandes peintures, accolées les unes aux autres et plongeant le visiteur sur un grand champ de bataille au beau milieu de soldats agonisants.

calvin-marcus-were-good-men-17 calvin-marcus-were-good-men-18
 
      Calvin Marcus 
avait l’an passé réalisé quelques dessins de ces mêmes soldats sur papier petit format. L’artiste les a ici reproduits dans des dimensions sans commune mesures, sur des toiles grand format, 9 pieds de haut, qui viennent prendre place dans un ensemble panoramique composé de 39 oeuvres au total. Une bonne partie d’entre elles est composée de pelouse en gros plan, de densité différentes, ces brins d’herbe semblent danser au gré du vent mais surtout on a l’impression d’être nous même en train de ramper dans la pelouse, notre oeil croisant de temps à autre le regards des soldats agonisants. Dans cette série d’oeuvres sur toile, l’artiste a voulu retrouver un trait identique à celui de ses dessins, avec une même spontanéité et cette même énergie qu’il obtient avec ses crayonnés. Dans cet article lu sur le site Artnet, on apprend même qu’il s’est fait fabriqué ses propres bâtons à l’huile, avec des couleurs inspirées par celles des craies grasses Crayola utilisées habituellement par les enfants. On peut y lire aussi que Calvin Marcus aime travailler à la chaine et que toute cette série d’oeuvres sur toile a été réalisée dans dans un même élan, une même transe on pourrait même dire, la répétition de ces centaines de brins d’herbe poussée à l’obsession n’a fait que rendre son travail plus intense.

calvin-marcus-were-good-men-10

      Pour revenir au titre de l’exposition, Were Good Men, il se lit comme un épitaphe commun de tous ces hommes, aux visages marqués par le sang et torturés par la douleur. Ces personnages, aux allures cartoon, qu’a dessinés par Calvin Marcus ont des expressions et des postures désarticulées qui tendent vers le grotesque, même ce sang qui s’écoule sur le sol semble tout droit sorti d’une série B. Cette espèce d’allégorie a donc tout d’une farce et ici tous les personnages, quelque soient les couleurs qu’ils défendent, ont le même destin ironique funeste: ils se retrouvent tous noyés dans cette herbe dense qui s’étend devant nos yeux, car personne n’est gagnant dans cette guerre finalement.

calvin-marcus-were-good-men-1 calvin-marcus-were-good-men-2 calvin-marcus-were-good-men-3 calvin-marcus-were-good-men-4 calvin-marcus-were-good-men-5 calvin-marcus-were-good-men-6 calvin-marcus-were-good-men-7 calvin-marcus-were-good-men-8 calvin-marcus-were-good-men-11 calvin-marcus-were-good-men-12 calvin-marcus-were-good-men-13 calvin-marcus-were-good-men-14 calvin-marcus-were-good-men-15 calvin-marcus-were-good-men-19  calvin-marcus-were-good-men-16

All pics courtesy of Calvin Marcus & C L E A R I N G

 
 
Calvin Marcus – Were Good Men @  C L E A R I N G

Jusqu’au 30 octobre 2016 à New York

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *