Brendan Monroe – Mammatus @ Curator’s Cube

Il fallait absolument qu’on vous montre quelques images de Mammatus, la dernière exposition de l’artiste américain Brendan Monroe. C’est sa toute première exposition personnelle au Japon et elle se déroule à Tokyo dans une galerie qui s’appelle le Curator’s Cube. L’artiste y présente de nouvelles peintures et dessins mais surtout il y montre ses toutes dernières sculptures et, vous vous ferez votre propre avis, mais de notre côté on trouve qu’il a passé un cap, ces nouvelles créations sont de pures merveilles.

Rappelons que Brendan Monroe masterisait les sculptures en bois et il y a un peu plus de deux ans, il s’est mis sérieusement à la céramique dans les ateliers californiens de Heath Ceramics. Il a appris à travailler l’argile et surtout il y a expérimenté différentes recettes d’émail. De ce travail ont découlé deux expositions, une première fin 2014 qui s’intitulait Blobography et une seconde un an plus tard portant le nom de Morphology. On peut considérer que Mammatus est un troisième volet de ce voyage dans l’univers de la céramique et on a vu au fur et à mesure des expos les créations en volume de Brendan Monroe se métamorphoser, muer peu à peu, pour arriver à cet aspect qu’elles ont aujourd’hui. Les formes sont toujours un peu les mêmes, ces espèces de cornichons sur pattes, sans visages mais avec une présence folle.

On avait déjà dit ça un fois mais si on remontre très loin dans le travail de l’artiste il est comme passé de l’échelle microscopique, cellulaire à l’échelle astronomique avec des êtres étranges, extraterrestres de toute évidence dont la peau rocheuse semble venir d’autres galaxies. Certains de ces êtres semblent être eux-mêmes des mini-planètes, des mini-mondes: en survolant leur surface de nos yeux on imagine des paysages lunaires faits de cratères et de reliefs rocheux, parfois glacés. Il faut vraiment prendre le temps de scruter les photos pour apprécier ces incroyables textures des sculptures de l’artiste, leur finesse, et leur caractère totalement alien. C’est là qu’on mesure le travail accompli depuis ces deux dernières années car avec les réalisations en volume de cette nouvelle exposition Brendan Monroe a réussi à accomplir ce qu’il avait fait avec ses créations en bois: leur donner vie.

Bon vous l’avez compris on est fou des sculptures présentées ici. Les peintures et dessins ne sont pas en reste, Brendan Monroe est passé mettre aussi dans l’art de donner du volume à ses travaux sur toile et papier. Il continue avec ses oeuvres en noir & blanc à créer des reliefs ondulatoires saisissants et le fait que les sculptures soient elles aussi en noir et blanc donne une ambience très particulière à l’exposition, très froide comme figé dans l’espace temps. Disons d’ailleurs quelques mots sur le titre de l’exposition Mammatus. Ce dernier fait référence à ces nuages aux formes mammaires, un phénomène naturel relativement rare qui donne alors l’impression d’avoir un paysage étrange au dessus de la tête. Brendan Monroe explique qu’il a voulu avec cette exposition donner cette même sensation d’avoir face à soi une distorsion de la réalité. Cette réalité, cette dimension alternative qu’il nous invite à visiter ce sont ces endroits qu’il décrit dans ses dessins et ses peintures, ce sont aussi ces êtres qui sont là posés contre le mur, assis sur les piedestaux de la galerie. La rencontre du troisième type, les voyages transdimensionnelles et intersideraux occupent une grande place dans le 7ème art, mais en ce qui concerne l’art contemporain il faut compter sur Brendan Monroe qui nous livre ici une oeuvre poétique, optique et céramique qui se nourrit de la science de notre siècle.

All pics courtesy of Brendan Monroe & Curator’s Cube.

 
 
 Brendan Monroe – Mammatus @ Curator’s Cube.

Jusqu’au 29 janvier 2017 à Tokyo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *