Boris Tellegen – Surface @ Backslash Gallery – The interview

La dernière exposition de Boris Tellegen vient de démarrer à la Backslash Gallery et s’appelle Surface. Pour faire suite à notre reportage photo qui vous a permis d’apprecier ses dernières oeuvres on vous propose un entretien avec l’artiste.

 

Surface

 

Bonjour, on est heureux de te voir à nouveau à Paris, si je ne me trompe pas la dernière fois c’était pour une expo au doors studio. Et toi? Tu est content de revenir ici? Tu aimes cette ville?

Merci. Oui je suis heureux d’être de retour ici. Avec le train ça ne prend que trois heures, pour moi c’est comme si c’était au coin de la rue. C’est un peu comme si je quittais le village de campagne d’Amsterdam pour me rendre dans la grande ville.

 

Peux-tu nous dire quelques mots à propos de cette nouvelle exposition à la Backslash Gallery, Surface? Qu’il y a-t’il derrière ce mot et qu’est-ce que tu va apporter avec toi comme travaux?

Les pièces que je vais accrocher sont toutes très récentes. J’apporte des travaux en relief et des collages de papier. Le thème et le titre c’est Surface: une surface peut être lisse mais qu’est-ce qu’il y a en dessous?

 


 
Tout le monde te connait sous le nom de DELTA qui était ton nom de graffeur, nom sous lequel tu as gagné ta notoriété. Pourquoi as tu choisi un jour d’aller dehors et de t’exprimer dans la rue? Qu’est-ce qui t’a attiré dans le street art?

J’ai commencé le graffiti, j’imagine comme ça commence pour tous les graffeurs, à cause du « name game ». Voir ton blaze partout sur les murs est une sensation très puissante et très addictive. Ca n’avait rien à voir avec le street art, ça n’avait pas de lien avec l’art et n’avait pas pour but d’en être. C’était juste aller dehors, faire des choses de plus en plus impressionantes et il y avait aussi la competition avec les autres.

 

Maintenant le graffiti est derrière toi, tu es considéré plus comme un artiste contemporain et tu es toi-même plus intéressé par l’art contemporain. Mais est-ce que tu gardes toujours un oeil sur la scène graffiti?

Je ne suits pas la scène très activement. Je peux de temps à autre tomber sur des infos ici ou là.

 
Technique:


 
La plupart de tes oeuvres sont construites autour de collages de matériaux, du papier ou du bois. C’est une question de technique, de texture?
 

Parfois je choisis de travailler avec des couches, des strates comme ça je peux ajouter une dose d’aléatoire . Et aussi pour couvrir des choses ou en cacher.

 

Et quelle est ton rapport à la couleur? Certains de tes artworks sont monochrome ou noir et blanc tandis que d’autres sont plein de couleurs vives, des couleurs primaires, des couleurs fluo. Les couleurs sont pour toi juste une manière de gérer le contraste et de délimiter les lignes de tes formes géométriques ou jouent-elles un autre rôle?

Tu l’as bien dit, les couleurs sont juste un moyen de gérer le contraste. Si j’utilise des couleurs , c’est souvent des couleurs primaires, rarement des teintes pastels (pour le moment)


 
Est-ce qu’il y a une part d’improvisation quand tu réalises tes travaux ou alors est-ce que tout a été prédessiné avant que tu ne démarres?

Les deux, certains sont entièrement tracés à l’avance avant que j’y mette les mains, d’autres sont plus ou moins assemblés de manière aléatoire.

 

Tu utilises parfois des logiciels de modélisation 3D ou utilises-tu uniquement tes compétences en dessin technique?

J’ai commencé à apprendre à utilsier des softs de 3D au moins une bonne dizaine de fois mais je ne suis jamais aller au bout. J’aimerais pouvoir apprendre mais il y a quelquechose qui me bloque. Peut-être que je suis trop vieux pour apprendre des nouveaux logiciels?


 
Quand on jette un oeil à ce que tu as fait ces dernières années, on voit que ton travail qui était surtout en 3D isométrique devient de plus en plus en vrai 3D: tu fais des collages avec des formes solides créant ainsi une profondeur tangible et tu réalises aussi de plus en plus de sculptures, comme par exemple pour ta précédente expo chez AliceBxl, Abundance. Comment expliques-tu cette évolution?

Peut-être que ma phase 3D isométrique était un moyen de m’écarter un peu plus du graffiti. C’est l’opposé du style débridé que je pouvais utiliser en graffiti en quelque sorte. Maintenant je m’en suis assez éloigné, et je sens que je peux revenir à ce style plus débridé mais sans lettres.

 

De la même manière, tu construis des structures de plus en plus grandes, comme par exemple ce grand mur que tu as nommé Exothermic. Faire des projets monumentaux, c‘est une direction que tu veux suivre,?

Aussi longtemps que ça a du sens, oui je veux.

 
Influence:
 

Tu as fait tes études dans une école d’ingénieur en design industriel, est-ce que tu utilises ce que tu as appris à l’école dans ton art et est-ce que ces connaissances ont une influence sur toi?

C’est certain que ça a une grand influence. De deux manières différentes en fait: j’ai commencé à travailler avec des formes en trois dimensions et j’ai appris que je ne voulais pas travailler pour une compagnie mais par moi même


 

Quand je regarde ton travail je pense parfois à Escher…Escher qui aurait regardé Blade Runner et joué aux LEGO. D’autres personnes pensent à Mondrian. Est-ce qu’il y a des artistes qui t’ont influencé?

Je suis sûr qu’il y a une tonne d’artistes qui m’ont influencé. Je n’aurais pas cité ceux que tu viens de nommer. Mais ma mère, quand j’étais tout petit, m’a montré des choses de Jean Tinguelly, ça m’a fait forte impression.

 

Jean Tinguely — Relief Blue, white and black 1955

Photo © André Morin — Courtesy Galerie GP & N Vallois, Paris

Design:

 

Tu as réalisé une sculpture qui peut servir de banc, Laid Back, un terrain de jeux pour enfants, Kindergarten, et un tabouret avec les gens de Toykyo/CaseStudyo. Es-tu attiré par le monde du design et aimerais-tu travailler sur des meubles contemporains?

Oui! J’aime quand on peut utiliser une de mes pièces.

Laid Back

 

Je peux te poser la même question for pour l’architecture et le design d’intérieur. Tu serais intéressé pour travailler dans ces domaines?

En fait je suis en train de bosser sur deux projets avec des architectes différents. Une façade pour un immeuble et un petit batiment qui sera fabriqué avec des matériaux récupérés. J’expere qu’ils seront tous deux menés à terme en 2013.

 

En effet tu as un gros projet pour un immeuble situé à Haarlem, ville proche d’Amsterdam. Tu peux nous expliquer plus en détail ce que tu vas faire pour cet immeuble?

Je fais la façade. Ce sera un travail en relief sur 2 niveaux, peut-être plus un réarengement des différents éléments qui composent l’immeuble.

 

Est-ce que le design complet d’une maison serait un challenge que tu accepterais?

Je pense que j’accepterais surement. J’aimerais le faire. Mais ça devra être fonctionnel, pas juste la forme. Je viens juste de voir cette maison graffiti en Australie, je ne suis pas sûr que ce soit la voie à suivre.

 

La maison graffiti dont nous parle Boris Tellegen

Futur:
 

J’ai lu que tu te sentais très concerné par notre futur proche et la question écologique. Veux tu parler plus de ça dans ton art?

Et bien, si tu regardes mes derniers travaux tu peux voir qu’ils ne sont pas très lumineux et colorés 🙂

 

Autre question à propos du futur: au travers de certaines de tes sculptures on imagine des robots et certains de tes collages évoquent des mégalopoles de la littérature et cinématographie SF. Est-ce que ce sont des images du futur que tu as en tête?

Je peux regarder des ruines romaines et imaginer de quoi elles avaient l’air lorsqu’elles étaient réellement utilisées. Inversement, je peux marcher en ville et imaginer de quoi ça aura l’air plus tard abandonné et en ruine. A un moment il n’y aura plus de voitures en circulation. Ou il y aura un moment où le dernier avion de l’histoire décollera.

Ton propre futur
 

Tu as maintenant une belle carrière en tant qu’artiste et il n’y a toujours pas de monography à ton sujet. J’imagine que chez Emporium’s on est pas les seuls fans à attendre un tel ouvrage donc est-ce que tu a prévu de sortir une telle monographie?

Un éditeur japonais vient just de sortir un bouquin appelé  »Ann Aimee recordsleeves and more ». J’aime les livres certes mais une monographie je suis pas sûr.

(En effet, chez Delsin Records est sorti le 10 septembre dernier un ouvrage qui lui est consacré Graphite, Ann Aimee Sleeves and more . Ce livre de 96 pages est par ailleurs sorti en 2 versions dont une limitée à 100 exemplaires incluant 2 posters taille A1)

 

Et dernière question classique: quels sont tes projets à venir?

Après l’expo à la backslash gallery, je vais participer à Arts: le Havre 2012 et encore après à une exposition collective à Prague.

 

(Boris Tellegen participera dès le 28 septembre prochain à la biennale d’art contemporain du Havre, vous pourrez retrouver son travail place de l’hotel de ville.)

 

Boris Tellegen – Surface – du 13 septembre au 3 novembre à la 

BackSlash Gallery (29 rue Notre-Dame de Nazareth à Paris)

 
 
 
 English version:

The last exhibit of Boris Tellegen just started at Backslash Gallery and is called Surface. To follow our photo report which presents his last artworks we want to share with you an interview with the artist.

 

Surface

We are happy to see you again in Paris, if I’m correct the last time it was for a show at the Doors studio. And what about you? Are you happy to come back here? Do you like this city?

Thank you. Yes I am happy to be back in Paris. With the train only taking about three hours. It seems around the corner from home. I feel like going to the big city, leaving the country village of Amsterdam.

Can you tell us a few words about this new exhibition at the Backslash Gallery, Surface? What’s behind this word and what will you bring with you as artworks?

The works I will have on display are all very recent. I am bringing relief works and paper collages. The theme and title is Surface. A surface can be smooth, but what is under it.

 

Everybody knows you as DELTA, which was the graffiti alias under which you became famous. Why did you choose one day to go out, express yourself in the streets? What did attract you in the street art?

I started with graffiti, I guess like all of us started, because of the name game. Seeing your name all over is a powerful and very addictive thing. It had nothing to do with street art. It wasn’t about art; not meant to be art. Just being out there more and more impressive then the competition.

 

Now the graffiti is behind you, you are considered more as a contemporary artist and you are yourself more interested in contemporary art. But do you still keep an eye on the graffiti scene?

I do not actively follow the scene. I might pick up some information here and there though.
 
Technique
 

Most of your artworks are built around collage of material, paper or wood. It’s a question of technique, of texture?

Sometimes I choose to work with layers so I can add a degree of randomness. And also to cover up. To hide stuff under.

And what is your relation to the colors? Some of your artworks are monochrome, black & white and others are full of vibrant colors, primary ones, fluo ones. Colors are a just way for you to handle the contrast and bound the lines of geometric shapes or have they another role?

You said it right. Colors are just a way to handle contrast. If I use colors, its lots of times primary ones. Hardly any pastel shades. (For now)

 

Is there a part of improvisation when you realize them or everything has already been sketched before you start?

Some are completely mapped out before hand, other are more or less randomly put together.

Do you use sometimes some 3D modeling software or only your technical drawing skills

I have started about ten times learning 3d software, but never pursuit it. I wish I could, but there is something that holds me back. Maybe I am too old to learn new software?

 

When we browse you artworks from the last years, we can observe that your work which was mostly in isometric 3D is getting more and more in real 3D: you do some collages with some solid shapes creating a tangible depth and you realize more on more sculptures, as for example for the last show at AliceBxl, Abundance. How do you explain this evolution?

Maybe the isometric phase was a way to get away more from Graffiti. It is the opposite of wild style you could say. Now I am far enough, and I feel I can come back again and use wild style again without lettering.

In the same way, you build up some bigger and bigger structure, like the Exothermic wall. Is it a direction you want to follow, doing some monumental projects?

As long as it makes sense, yes I do.

 

Influence:

 

You have studied in a Industrial Design Engineering school, do you use what you learn at school in your art and has this knowledge an influence on you?

It certainly had a big influence. In two ways. I started working with three dimensional shapes. And I learned that I didn’t want to work for a company but by myself.

 

When we look at your work I think sometimes about Escher…. who would have watched Blade Runner and played LEGO. Some other people think about Mondrian. Are there some artists who influenced you?

I am sure there are tons of artists that have influenced me. I wouldn’t name the ones you just named. But my mom showed me Jean Tinguelly when I was really small. That made a big impression on me.

Jean Tinguely – Méta-Malevitch – 1954

Design:

 

You have realized a sculpture bench, Laid Back, a children playground, Kindergarten and a stool with Toykyo/CaseStudyo people. Are you attracted to the design world and would you like to work on contemporary furniture?

Yes. I like it when you can use a piece.

Kindergarten

 

We can ask you the same question for architecture and interior design. Are you interested to work in these domains?

I am working on two projects with different Architects. A facade for a building and a small building from scrap material. I hope they are both realised in 2013.

 

Indeed you have a big project for a building in Haarlem, a city close to Amsterdam. Can you explain us with more details what you will do for that buildings?

I am doing the facade. It is a relief work in two levels. Maybe more a rearrangement of the elements of the building.

 Is the full design of an house would be a challenge you would accept? What would be your perfect house?

I guess I certainly would. Love to do it. But it has to be functional. Not only about shapes. I just saw this graffiti house from Australia. I am not sure if that is the way to go.

La maison graffiti dont nous parle Boris Tellegen

 

Future:

 

I’ve read that you feel really concerned by our near future and the ecological questions. Do you want to speak more about that concern in your art?

Well, the latest work is not very bright and colorful. 🙂

 

Another question about future, through som of your sculpture we imagine some robots and some of your artworks evoke the megalopolis from scifi literature and cinematography. Are those some images of the future you have in mind?

I can look at roman ruines, and fantasize what they would look like when they were fully functioning. At the same time I can walk through the city and fantasize what it would look like abandoned and in ruins. At one point there will be no cars running anymore. Or there will be a moment that the last airplane lifts off.

Your own Future:

 

You have now quite a career as an artist, and there’s still no monography about your work. I guess we are not the only fans to wait this book so are you planning to release such a monography?

A Japanese publisher just now released a book called « Ann Aimee recordsleeves and more« . I do like books, but I am not sure about a monography.

(Indeed, Delsin Records released last september the 10th a book dedicated to the artist, called Graphite, Ann Aimee Sleeves and more . This 96 pages book exists by the way in 2 versions with a limited one with an alternative cover, a serail number and two A1 posters)

And last question, the classic one: what are your upcoming projects?

After the show in Paris I will be part of Arts: le Havre 2012 and then a groupshow in Prague.

 

(Boris Tellegen will participate to the contemporary art biennale of Le Havre, in France, which start september the 28th, His work will be at Place de l’hotel de ville.)


Boris Tellegen – Surface – from september the 13th to november the 3rd at  BackSlash Gallery (29 rue Notre-Dame de Nazareth à Paris)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *