Boris Tellegen – Pieces @ Backslash Gallery

      Ces derniers temps, les fans de Boris Tellegen (aka Delta) doivent être aux anges car l’artiste néerlandais a une actualité des plus chargées: après avoir lancé son livre 8697, inauguré sa grande exposition au MIMA, il nous dévoile déjà une nouvelle exposition personnelle qui s’intitule Pieces et qui se déroule chez BackSlash jusque fin mai.

Pieces est la troisième exposition personnelle de  Boris Tellegen dans la galerie parisienne. Très occupé par son expo au MIMA, et aussi un autre gros projet, Rietveld Meets Mondrian, dont on vous  reparlera prochainement, l’artiste est tout de même parvenu à concevoir une bien belle exposition articulée autour de nombreuses sculptures et de collages papier. Parlons tout d’abord des sculptures, elles sont très nombreuses et variées, à la fois dans les formes mais aussi dans les matériaux utilisés. Dès l’entrée on est accueilli par un grand monolithe de bronze, non poli. A l’étage, ce sont plusieurs sculptures en aluminium massifs, rassemblées au milieu de la pièce, qui se dressent telle une cité futuriste. Derrière une première rangée de grattes ciels robotiques, on distingue aussi une série de modèles plus petits en béton. En ce qui concerne les sculptures en béton, il s’agit d’une édition à quelques dizaines d’exemplaires, pour celles en aluminium qui ont un aspect relativement différent, plus brut, ce sont toutes des modèles uniques car le moule est détruit lors de la fabrication.

       D’autres sculptures, une taille encore en dessous, nous attendent aussi à côté, l’une est verticale, l’autre s’étire à l’horizontale, là encore on découvre de nouvelles textures, avec notamment un très beau modèle doré, ce sont aussi des éditions, cette fois en tirage un peu plus limité. Il est intéressant de voir comment, en utilisant des procédés et des matériaux divers, Boris Tellegen a créé toute une série de textures, d’aspects différents à l’image de ce que l’on peut rencontrer dans une ville, de la rugosité d’un vieux bâtiment en béton, ou rouillé, jusqu’aux gratte-ciels les plus futuristes à la surface brillante comme un miroir.  Vous noterez que Boris Tellegen présente certaines de ses réalisations sur des supports qu’il a confectionné eux aussi comme de vrais sculptures, afin qu’il y ait une vrai continuité entre les deux, le support et l’œuvre posée dessus.

Outre cette ensemble très riche de pièces en métal et béton, on peut aussi découvrir de nouveaux modules en bois, des assemblages de lettres en volume qui reprennent son pseudo à l’envers, ATLED, et qui, avec leurs tiroirs cachés, constituent aussi des sortes de cabinet. On avait adoré le premier du genre qu’il avait présenté l’an passé à la Alice Gallery, et ici Boris Tellegen en présente deux nouveaux. Une fois de plus l’artiste a volontairement laissé certains matériaux non peints, pour garder cet aspect brut et industriel, ces modules en bois sont vraiment des pièces magnifiques, regardez celui ci-dessous.

      Concernant les collages papiers, l’artiste a réalisé deux grands formats, dans lesquels il a mêlé morceaux de papier et d’autres matériaux, comme par exemple du plastique, on vous laisse regarder les quelques photos en détail pour en apprécier la profondeur. Les morceaux de papier déchirées sont comme des nouages flottant au dessus d’une ville qu’on survole, on a déjà fait cette analogie mais c’est vraiment ce que l’on imagine lorsqu’on se plonge dans les méandres de ces œuvres complexes,et qui s’étendent sur de multiples strates.

La très bonne surprise pour les petits collectionneurs c’est cette grosse dizaine de petits collages papier que l’artiste a amené dans ses bagages. Ils sont tous du même format, il s’agit uniquement de collages, découpages papier, très fins, très complexes, un vrai concentré de Delta. ils sont exposés par groupes de couleurs. En effet pour certains l’artiste a utilisé des couleurs primaires, du rouge, jaune et bleu LEGO, pour d’autres c’est du gris métal et du vert et pour d’autres on retrouve des teintes marron et l’aspect rouillé des trains de fret d’Amsterdam, ceux-là même sur lesquels il est venu poser sa dernière série de graffitis. D’ailleurs on peut voir dans cette exposition la vidéo qu’il avait présentée l’an passé à la V9 gallery, vidéo dans laquelle on peut découvrir toute cette série de wagons sur lesquels il est venu peindre ces deux dernières années.

On termine comme comme d’habitude avec une longue série de photos et on vous invite à aller découvrir l’expo par vous-mêmes, elle se terminera à peu près en même temps que son expo au MIMA, c’est à dire le dernier weekend de mai.

   
 
Boris TellegenPieces @ BackSlash Gallery

Jusqu’au 27 mai 2017 à Paris

au 29 rue Notre-Dame de Nazareth
du mardi au samedi de 14 h à 19 h

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *