Blexbolex – 1992 / 2012 @ Arts Factory

      Arts Factory est une galerie nomade qui se déplace à travers la france et jusqu’à fin décembre c’est à Paris, dans les murs de la galerie Lavigne-Bastille qu’elle s’est installée. Celle-ci offre un très bel espace de 200m2 répartis sur 4 niveaux et il n’en fallait pas moins pour acceuillir 20 ans de travaux de l’artiste auquel on s’intéresse ici à savoir Blexbolex, de son vrai nom Bernard Granger.
L’exposition peut-être considérée comme une retrospective, elle présente plus de 200 oeuvres, des dessins, des peintures et autres éditions.  Celle-ci vient en plus clôturer une année très riche pour Blexbolex car pas moins de 3 ouvrages sont parus cette année: Hors-Zone et Crimechien aux éditions Cornelius et L’arrière-Pays chez Orbis Pictus Club.

      Les ouvrages de Blexbolex sont des récits illustrés comme vous pouvez le voir ci-dessus, et ce qu’on remarque toute de suite c’est un style graphique caractéristique, des aplats de couleurs très tranchées et la quasi-absence de traits. En effet l’artiste qui voulait être peintre à ses débuts est tombé très rapidement dans la marmite de la sérigraphie et c’est avec ce médium que son talent s’est épanoui.  L’arrière-pays  par exemple comme beaucoup de ses premiers livres est une édition limitée avec pages sérigraphiées.

      Vous verrez donc dans cette exposition de nombreuses peintures à la gouache, qui sont en fait les planches originales des nouvelles graphiques de Blexbolex mais plus intéressant encore vous verrez d’autres aspects de son travail, des croquis, des collaborations avec d’autres artistes, de nombreux personnages dessinés par l’artiste et aussi de très belles peintures dans des plus grands formats. D’autres univers graphiques aussi, plus cartoon et plus sombres, ont été explorés par Blexbolex.

      En parcourant les différents niveaux de l’exposition une référence connu de tous nous vient rapidement à l’esprit, le Tintin d’Hergé. Sur la peinture ci-dessous, intitulée « Blauer Lotus », la référence est clairement affirmée et d’ailleurs l’artiste ne s’en cache pas: dans une interview pour le magazine ChronicArt, que je vous encourage à lire, voici ce que dit Blexbolex en parlant de ces deux derniers bouquins Hors-Zone et Crimechien
Je pense pourtant que tous ces livres proviennent d’un même creuset, qu’ils sont nés pour ainsi dire au même instant. Durant ces six années, le personnage au départ très grotesque de L’Oeil Privé s’est affiné pour devenir une espèce de proto-Tintin qui est, je crois, le désir réel de départ. J’ai voulu faire mon Tintin, dans une direction diamétralement opposée à celle qu’Hergé a prise. Mon personnage est plus âgé (mais pas tellement plus mature), plus trouble dans le sens où il ne part pas en croisade contre le crime, mais il y est mêlé dans une large mesure, et pas seulement comme témoin. Il est plus proche du Tintin des Soviets (qui est un « agent » plus qu’un « reporter ») que de l’homme-enfant idéal qu’incarne désormais Tintin pour les lecteurs.

      Les gouaches sur papier qui ont été utilisées pour les livres sont à des prix abordables et démarrent dans les 500 euros, les grands formats, magnifiques, sont à des prix plus élevés. Néanmoins vous pouvez aussi acquérir la sérigraphie ci-dessous, une plus grande édition donc moins onéreuse et il y aussi une affiche à prix cadeau (photo dans la galerie d’images en bas). Enfin vous pouvez surtout profiter de votre venue pour repartir chez vous, car c’est après tout le coeur de son travail, avec les dernières nouvelles graphiques de Blexbolex ou avec des livres plus anciens.
                Blexbolex – 1992/2012 – jusqu’au 17 novembre à la galerie Arts Factory/Lavigne-Bastille 
27 rue de charonne 75011 paris
du mardi au vendredi : 12h30-19h30 – le samedi : 11h-19h30
métro : ledru-rollin / bastille – infos : 06 22 85 35 86

Régalez-vous à présent les yeux avec cette avalanche de photos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *