Alëxone Dizac – Les Vides Denses @ AD Galerie

      Le 22 septembre dernier, Alëxone Dizac inaugurait sa toute nouvelle exposition personnelle intitulée Les Vides Denses. C’est Arnaud Dionnet et David Garcia duo à la tête de AD Galerie qui accueille pour la première fois l’artiste dans leur espace d’exposition situé à Montpellier. La programmation de la galerie est axée sur la figuration libre et Alëxone vient se faire sa place au milieu d’artistes qui ont un peu plus de bouteille comme Combas ou Di Rosa. Apparemment les habitués du lieu ont apprécié le travail du nouveau venu, et il en va de même pour nous.


      De notre côté on été encore ébloui par les peintures de qu’avait présenté Alëxone dans l’expo collective En Vie!. Ne vous privez pas d’aller y jeter un oeil à nouveau à notre recap car les toiles présentées qu’il avait présentés à Paris étaient assez incroyables. Ici pour son expo à Montpellier Alëxone a fait preuve de la même maestria. Evidemment l’artiste manie toujours à la perfection les effets d’ombre, de transparence mais ses compositions sur plusieurs couches parviennent encore à être plus complexes et aussi plus fluides que celles qu’il réalisait auparavant. Les toiles d’Alëxone arrivent encore à gagner en profondeur et ça devient abyssale. La lecture de ces peintures est aussi un réel un plaisir sans fin: on commence à suivre la trajectoire d’un personnages, on est ensuite happé par l’action qui se passe derrière lorsqu’une énorme main dessinée à la craie grasse vient nous recherche par le col pour nous remettre au premier rang.

      Au niveau visuel, on utilise malgré nous un peu toujours la même expression mais c’est un vrai feux d’artifice, ça brille de mille couleurs, lasers et autres fumées nous en mettent plein la vue (comme pour les toiles de l’expo En Vie! on peut utiliser des lunettes 3D pour ajouter une dimension supplémentaire à ce spectacle pyrotechnique). C’est du grand spectacle, avec souvent des batailles épiques entre les personnages, le support pour la plupart des peintures est en tissu et on ne peut s’empêcher de penser à ces tapisseries qui racontent les grandes batailles de notre Histoire. Alëxone utilise depuis quelques années maintenant du tissu comme support à ces peintures et ceux-ci jouent un vrai rôle dans ses réalisations. Le relief des fibres ou des broderies, les visuels très graphiques ou très classiques participent à la composition finale, parfois la peinture est venue dégouliné dessus ou il y a aussi cette toile où la partie supérieure a été entièrement repeinte de peinture dorée, c’es très très beau.


      On compte aussi dans l’exposition quelques grands formats sur papier marouflé très réussies également dans lesquels l’artiste s’est amusé avec de la peinture très diluée et on découvre pour la première fois des peintures, sur tissu tendu, mais dont le chassis prend la forme des personnages, à la manière de ce qu’a pu faire Wesselman à son époque ou plus récemment Kaws. Mais Alëxone est aller encore plus loin en réalisant la caisse américaine qui va avec, celle-ci peintre en couleur vient jouer le rôle de contour à la scène ou aux personnages, impact visuel garanti. On vous conseille d’aller jeter un oeil à cette autre oeuvre, un triptyque cette fois qui utilise le même procédé, Alëxone a donc déjà plein d’idées qui fourmillent dans sa tête et on a forcément hâte de voir ce qu’il imaginera par la suite.


      Nous terminons avec une dernière bonne surprise, c’est le catalogue de l’exposition. Plus qu’un catalogue, Les Vides Denses est aussi un vrai livre, avec une belle couverture en textile pour être raccord avec les peintures et des photos pleines pages des oeuvres dans lesquelles on pourra replonger à l’envie. Nous vous en avons fait une petite vidéo ci-dessous et vous verrez que l’ouvrage présente aussi des photos d’atelier et d’autres des installations et interventions murales récentes de l’artiste. Mais il ne faudra pas non plus manquer de lire la texte écrit par Julia Montauk, une nouvelle de quelques pages qui vient résonner avec le titre de l’exposition et plus généralement avec le travail d’Alëxone. Ce texte vient remettre en perspective ce mélange à la fois joyeux et guerrier, ces pingouins rigolos et ces coups de couteau dans le coeur qui viennent remplir au fur et mesure le tissu. A vous procurer d’urgence auprès de la AD Galerie (contactez les par mail). Nous terminons comme d’habitude avec une dernière série de photos.

All pics courtesy of Alëxone Dizac & AD Galerie.

 
Alëxone Dizac – Les Vides Denses @ AD Galerie

Du 22 septembre au 28 octobre 2017 à Montpellier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *