Alexandre Bavard – KONKRET1987 @ gr_und

      Décembre dernier, Alexandre Bavard, aka Mosa, est parti à Berlin pour une résidence de 20 jours. C’est gr_und, un espace d’exposition géré par des artistes qui l’a accueilli, et au bout de ces quelques semaines, où tout a été créé sur place, il présentait une nouvelle exposition personnelle intitulée KONKRET1987. L’expo se termine demain et on voici un recap.

      Pour cette nouvelle exposition qui prend la forme d’une grande installation occupant tout l’espace, l’artiste a été inspiré par toutes les mouvements sociaux récents: printemps arabe, indignés, 1%, occupy wall street, nuit debout sont autant de mouvements de révoltes amorcés de part le monde. Cependant ceux-ci laissent toutes derrière eux un goût d’inachevé comme si la grande révolution n’était plus possible face aux périls auxquels l’homme fait face et qui semblent totalement le dépasser. Leurrés par une vie factice sur les réseaux sociaux, l’urgence sociale et écologique ne parviennent pas à motiver les foules plus que le temps de quelques hashtags. Dès lors comment s’opposer au système en place, est-ce que la révolution est encore possible, ce sont des questions qu’Alexandre Bavard se pose notamment du point de vue de l’artiste qui a le pouvoir dans une certaine mesure de marquer les esprits.

      L’exposition prend la forme d’une grand installation dans laquelle sur des barricades de béton et de métal viennent prendre place différentes sculptures qu’Alexandre Bavard a réalisé à partir de moulages. Le sol l’espace d’exposition est en pavés, c’est assez étonnant mais du coup c’est le décor parfait pour cette scène. Empalés sur des pics de métal ou accrochés à des grilles comme de trophées, les moulages réalisés par l’artiste empruntent différents éléments propres aux révoltes et à leur répression comme les chiens ou les masques à gaz, mais il y aussi toute une série de visages plus animals comme ces primates hurleurs figés dans leur colère. L’utilisation de ces masques est très intéressante et amène à de multiples réflexions: ils nous évoquent un futur de regression pour l’humanité, mais ces visages simiesques ne sont pas sans nous rappeler aussi le futur dystopique de la planète des singes. Face à cette installation, on a l’impression que l’homme ne peut échapper aux sombres futurs promis par la littérature de science-fiction, et ici la révolte semble avoir été balayée dans son élan par un souffle radioactif qui a marqué de ses couleurs les reliquats présents dans l’expo, dernières preuves de vie au milieu des ruines de béton.

  All pics courtesy of Alexandre Bavard & gr_und

 
Alexandre Bavard – KONKRET1987 @ gr_und

Jusq’au 20 janvier 2017 à Berlin.